Hathor la Menit dans les temples de Dendara et d’Edfou : une étude philologique, iconographique et sémiologique

par Catherine Châtelet

Thèse de doctorat en Egyptologie

Sous la direction de Christiane Zivie-Coche.

Soutenue le 29-06-2019

à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec École pratique des hautes études (Paris) (Établissement de préparation de la thèse) et de Archéologie et philologie d'Orient et d'Occident (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Christophe Thiers.

Le jury était composé de Christiane Zivie-Coche, Christophe Thiers, René Preys, Christian Leitz, Claude Traunecker.

Les rapporteurs étaient Christophe Thiers, René Preys.


  • Résumé

    Cette recherche se positionne dans la continuité d’une première étude portant sur le collier-menit dans les temples ptolémaïques et publiée dans la collection Monographie Reine Élisabeth. Ce collier, qui est un des objets sacrés d’Hathor porte également le nom de l’entité divine du même nom, forme d’Hathor de Dendara et d’Edfou dont cette étude fait l’objet. En tant que forme d’Hathor, quels sont les termes, les parures, les actions, la gestuelle, qui pouvaient la différencier de la grande Hathor, si toutefois cela est envisageable, ces deux divinités étant intimement associées ? Une partie de cette recherche porte sur l’étude de la chapelle du collier-menit, dont les textes et les épithètes de la déesse ont été analysés d’un point de vue stylistique afin d’essayer de comprendre la démarche des hiérogrammates et la raison d’être d’une telle chapelle dédiée à Hathor la Menit, sachant que pour les deux autres formes secondaires d’Hathor : « Hathor-chef-du-grand-siège » et « Hathor-uraeus », il n’en existe point. Hathor la Menit est la récipiendaire de nombreuses offrandes, qui ont été étudiées et contextualiser, afin de comprendre son implication dans chacune de ces scènes et de cerner au mieux la personnalité de cette déesse. L’étude des épithètes de la déesse « Hathor, maîtresse de Iounet, la Menit », a permis de mettre en lumière un certain nombre de traits caractéristiques de sa personnalité. Il appert que si les épithètes la caractérisant sont généralement en rapport avec l’offrande qui lui est faite, c’est toujours en tant que protectrice de son frère Osiris, de son père Rê ou de son fils qu’elle intervient dans ces occurrences. Son étude dans le temple d’Edfou s’imposait afin de comprendre comment elle était perçue dans ce temple apollonopolitain ? Bien que les offrandes qui lui sont faites ne lui sont pas spécifiques, étant principalement destinées à Horus, elle assume toujours son rôle de protectrice de son parèdre, venant renforcer son action dans la scène où il est impliqué, de son père Rê ou de son fils Harsomtous. On retrouve ainsi, d’un temple à l’autre, une déesse Hathor la Menit, qui s’intègre dans les différents espaces théologiques du temple et que ses épithètes relient toujours à la notion de protection, de brillance, et dont la finalité est de la promouvoir au rang d’une déesse primordiale, universelle et garante du retour des cycles, qu’ils soient cosmiques, avec la renaissance du dieu solaire, ou le retour de l’inondation indispensable à la survie de l’Égypte, ou terrestre avec la perpétuation du représentant de son fils Horus sur terre. Déesse Quadrifrons, s’incarnant dans sa manifestation de collier-menit, Hathor la Menit se distingue par son aspect essentiellement protecteur et solaire. Lorsqu’il s’agit de garantir le cycle solaire, elle s’incarne dans le collier-menit protégeant Rê dans sa transformation nocturne ; lorsqu’il s’agit de garantir le cycle des êtres vivants, c’est sa forme de collier-menit à l’enfant qu’elle rejoint dans la chapelle du collier-menit afin d’assurer la renaissance de l’enfant solaire.

  • Titre traduit

    Hathor the Menit in Dendara and Edfu temples : a philologic, iconographic and semiologic study


  • Résumé

    This research follows a previous study on the menit-offering in all Ptolemaic temples published in the Monographie Reine Elisabeth. This menit-necklace, which is one of the sacred symbols of Hathor, bears the same name as the goddess Hathor the Menit, a form of Hathor in Dendara and Edfu temple who is the subject of this study. Regarding this form of Hathor as tȝ Mnj.t, what are the terms, the ornaments, crowns, actions, gestures that can differentiate her from the great Hathor, if that is at all possible, these two divine entities being so intrinsically associated? Part of this research deals with the temple of the Menit itself. All its inscriptions have been translated and studied in order to try and understand what the scribes had in mind in deciding to dedicate this chapel to Hathor the Menit, when the two other minor forms of Hathor: « Hathor-on-her-great-seat » and « Hathor-uraeus » had none. Scribal techniques such as word plays, signs plays and iconographic plays have been taken into account to reveal the themes scribes wanted to emphasize most. She receives a great deal of different offerings, which proved to be extremely interesting to investigate, in order to understand her involvement in each of these offering scenes and to best pinpoint her characteristics. The study of her epithets emphasised several features in relation to her character which are indeed, often related to the offering she receives. They underline her strong association with protection, being the Protector for a brother Osiris, her father Re or her son. There was then a need to investigate her role in the temple of Edfu, in order to understand how she was perceived there, in this Apollonopolitan temple dedicated to the god Horus. Even though she is not the main recipient of the offerings, she always fulfills her protective role towards her husband, reinforcing his action in the scene he is involved, or her father Re or her son Harsomtus. It comes out that Hathor the Menit fits into all the various theological areas of the temple and that her epithets always connect her to the idea of protection, brightness, their purpose being to promote her to the rank of a primordial, universal goddess ensuring the return of the cycles, whether these are cosmic, involving the rebirth of the solar god or the return of the vital inundation for Egypt’s survival, or earthly in the perpetuation of the representant of her son Horus on earth. Quadrifrons goddess, embodying her menit-neklace, Hathor the Menit distinguishes herself through her protecting and solar features. When it comes to ensuring the continuity of the solar cycle, she then manifests herself in her cult-menit-necklace protecting Re during his night-time transformation, when it comes to ensure the human beings ’cycle, it is her menit-necklace holding a child in its arm in which she chooses to act in the chapel.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-12-2024


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : PSL. EPHE. Thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.