Rapprochements : proximité résidentielle, parenté pratique et conditions de vie à Santiago, Chili

par Consuelo Araos Bralic

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Florence Weber.

Soutenue le 24-01-2019

à Paris Sciences et Lettres (ComUE) , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales , en partenariat avec Centre Maurice Halbwachs (Paris) (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (Établissement de préparation de la thèse) .

Le président du jury était Benoît de L'Estoile.

Le jury était composé de Florence Weber, Benoît de L'Estoile, Francisca Márquez, João de Pina Cabral, Thomas Pfirsch.

Les rapporteurs étaient Francisca Márquez, João de Pina Cabral.


  • Résumé

    Cette thèse vise à comprendre comment la parenté a lieu dans les conditions urbaines actuelles à Santiago, à travers l’étude du phénomène des proximités résidentielles familiales. Sous l’influence des approches dominantes en termes de ménage et des stratégies de survie, l’étude de ce sujet au Chili et en Amérique latine en général a été presque exclusivement restreinte aux morphologies de corésidence intergénérationnelle en milieux démunis. Par rapport à cela, cette enquête est doublement originale. Premièrement, elle propose d’élargir l’unité d’analyse, en passant du ménage, groupe de corésidence, aux « configurations résidentielles de proximité » impliquant plusieurs groupes familiaux quasi-corésidents. Deuxièmement, elle propose une étude comparative entre des milieux socioéconomiques très divers de la ville, l'analyse portant sur 45 cas issus des classes démunies, moyennes et aisées. À partir d’un terrain mené en plusieurs étapes entre 2006 et 2015 à Santiago, et consistant en 92 entretiens ethnographiques, cette thèse vise trois objectifs. Le premier est de produire un cadre conceptuel pertinent et une unité d’analyse efficace pour saisir les rapprochements résidentiels familiaux observés à Santiago. Le deuxième est de rendre compte de la variabilité morphologique et morphogénétique des configurations résidentielles de proximité familiale étudiées, en fonction de l’hétérogénéité des opportunités et contraintes socioéconomiques et urbaines. Le troisième est d'identifier et comprendre les imbrications de la mise en place des arrangements résidentiels de proximité avec la production des formes et expériences concrètes de la parenté qui ont ainsi lieu. Au croisement d’une approche configurationnelle, d’une sociologie de la parenté pratique et d’une anthropologie de la maison, cette étude permet d’avancer trois conclusions principales. D’abord, que le désir de combiner autonomie nucléaire et interdépendance intergénérationnelle est un enjeu transversal aux milieux socioéconomiques étudiés. Ensuite, que les morphologies et les processus de morphogenèse par lesquels se réalise concrètement l’expérience de l’interdépendance résidentielle familiale varient fortement en fonction des conditions de vie dans la ville. Enfin, que le rapprochement résidentiel participe au façonnement de styles sui generis de la parenté pratique dans trois de ses dimensions fondamentales : la filiation, la conjugalité et la germanité.

  • Titre traduit

    Rapprochements : residential proximity, practical kinship and living conditions in Santiago, Chili


  • Résumé

    This dissertation aims to understand how kinship takes place in current urban conditions in Santiago, through the study of the phenomenon of family residential proximities. Framed by dominant household and strategies of survival approaches, the study of this topic in Latin America and Chile has been almost exclusively restricted to intergenerational co-residence morphologies in poor communities. In contrast, this research is doubly original. First, it proposes to broaden the unit of analysis, moving from coresidence at the household level to «residential configurations of proximity» involving several quasi-co-resident family groups. Second, it proposes a comparative study between very diverse socio-economic environments of the city, with cases coming from lower, middle and upper classes. Starting from a multi-stage fieldwork carried out between 2006 and 2015 in Santiago – consisting of 92 ethnographic interviews for 45 study cases–, this thesis has three main objectives. The first, to produce a relevant conceptual framework and an efficient unit of analysis in order to capture the family residential proximities observed in Santiago. The second is to report on the morphological and morphogenetic variability of the residential configurations of proximity studied, according to the heterogeneity of socioeconomic and urban opportunities and constraints. The third is to identify and understand the interrelationships between the residential configurations of proximity and the production of actual forms and experiences of kinship that take place there. In the intersection of a configurational approach, a sociology of practical kinship and an anthropology of the house, the results of this thesis allow advancing three main conclusions. First, that the desire to combine nuclear autonomy and intergenerational interdependence is a cross-cutting issue along all of the socioeconomic environments studied. Second, that morphologies and processes of morphogenesis by which the experience of family residential interdependence is concretely realized vary greatly according to conditions of life in the city. Finally, residential proximity contributes to shaping sui generis styles of practical kinship in three fundamental dimensions: filiation, conjugality and siblingship.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Paris Sciences et Lettres. Thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.