La monnaie et la puissance : les relations politiques et monétaires entre les Etats-Unis et la France,1965-1973

par Wenfei Wang

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Laure Quennouëlle-Corre et de Chaowu Dai.

Soutenue le 20-05-2019

à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'East China normal university (Shanghai) , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales , en partenariat avec Centre de recherches historiques (Paris) (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (établissement de préparation de la thèse) .

Le président du jury était Yong'an Zhang.

Le jury était composé de Laure Quennouëlle-Corre, Chaowu Dai, Yong'an Zhang, Olivier Feiertag, Laurent Warlouzet, Zikui Liu.

Les rapporteurs étaient Olivier Feiertag.


  • Résumé

    À partir d’archives financières et politiques inédites, collectées en France et aux États-Unis, cette thèse analyse l’évolution du système monétaire international et la façon dont il est affecté par le déficit de la balance des paiements des États-Unis. Elle tente d’évaluer l’efficacité des mesures prises par les États-Unis pour maintenir la valeur du dollar américain et réformer le système de Bretton Woods de 1965 à 1973. Le déséquilibre des comptes extérieurs étant directement lié à ses dépenses militaires à l'étranger, le gouvernement américain ne souhaite pas se désengager dans le contexte de la guerre froide. Bien au contraire, il compte davantage déployer ses forces militaires en Europe, en particulier en Allemagne de l'Ouest. Ainsi, la monnaie et la force militaire ont étroitement collaboré au cours des années Kennedy, Johnson et surtout Nixon. Les Américains ont essayé d’établir un lien politique entre le commerce, la monnaie et la défense, dans le but de faire participer le prestige du président à une solution efficace à tous les problèmes majeurs. L’initiative de « l’Année de l’Europe » visait donc à appliquer le concept de « lien » à des questions spécifiques. Le projet de réforme du système de Bretton Woods proposé par Washington, dès le milieu des années 1960, a cependant été contesté par Paris. Notre analyse met l'accent sur la manière dont les décideurs politiques français et les techniciens financiers ont évalué les défauts du système de Bretton Woods, la politique monétaire internationale américaine et les contre-mesures préconisées. Entre autres, la proposition de l'unité de réserve collective, la convertibilité du dollars en or, l'indifférence face aux DTS et le refus d’élargir les bandes de taux de change. Cette thèse explore le rôle d’opposition joué par les gouvernements de de Gaulle et de Pompidou dans le domaine monétaire. Elle montre comment les problèmes monétaires renforcent les enjeux politiques, militaires et politiques. Bien que les différences concernant les questions monétaires et l’alliance de l’OTAN aient existé, le dialogue entre les États-Unis et la France n’ont jamais été rompu. La continuité des négociations garantissait un échange de vues tout en maintenant la cohérence, y compris face à des situations d'urgence telles que la crise de mai 1968 en France et l'invasion de la Tchécoslovaquie en 1968. La thèse examine également comment l’alliance américano-française, ou plus largement l’alliance américano-européenne s’est développée pendant la période de transition de la guerre froide. La conclusion souligne une forme de politisation des questions monétaires et constituent un instrument incontournable dans la conduite de négociations. Mais face aux dangers qui menaçaient la survie du monde occidental, les États-Unis et la France se coordonneraient en sacrifiant certains de leurs intérêts actuels pour maintenir l’équilibre de l’alliance.

  • Titre traduit

    Money and Power : the political and monetary relationship between the United States and France,1965-1973


  • Résumé

    Based on original documents from French and U.S. archives, this thesis outlines the weakness in the International Monetary System which depended on U.S. balance of payments position, and also explores U.S. measures to maintain the value of the U.S. dollar and reform the Bretton Woods system, from 1965 to 1973. Since the U.S. imbalance of international payments was directly related to its military expenditure overseas, that became one significant consideration for the U.S. government in deploying its military forces in Europe, especially in West Germany. Money, political and military force interacted closely during the Kennedy, Johnson, and especially the Nixon years: the Americans expected to establish a political linkage between trade, money and defense, by promising to engage the presidential authority in a successful solution to all major issues. The initiative of the “Year of Europe” was therefore an endeavor to apply the “link” concept into specific matters. The U.S. attempt to reform the Bretton Woods system was however challenged by the French from the mid-1960s. Focusing on how French policy makers, governments officials and financial technicians assessed the defects of the Bretton Woods system, the U.S. international monetary policy, and the countermeasures — such as the proposal of the Collective Reserve Unit, the convertibility of dollars into gold, the indifferent attitude toward the SDRs and the refusal to enlarge the exchange rate bands — that the French devised, this thesis explores the role of opposition that the de Gaulle and Pompidou government played in the monetary domain, and analyzes how the monetary issues merged with political, military and diplomatic matters. Though the disputes over the monetary issues and the NATO alliance existed, dialogues between the United States and France were never broken. The continuity of the negotiations guaranteed an exchange of views, and in the face of emergencies, like the May-June crisis of 1968 in France, and the invasion of Czechoslovakia, the United States and France maintained consistency. The thesis also examines how the U.S.-French, or broadly speaking, the U.S.-European alliance developed in the transitional period of the Cold War. The conclusion highlights the fact that monetary issues could be politicized and used as bargaining power, but faced with dangers that threatened the survival of the whole western world, the United States and France would coordinate with each other through sacrificing some of their present interests to save the alliance.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Paris Sciences et Lettres. Thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.