L’objectivation comptable de l’économie nationale : Enquête sur la fabrique du PIB et des comptes nationaux français.

par Quentin Dufour

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Dominique Méda et de Alexandre Mallard.

Soutenue le 27-11-2019

à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de Ecole doctorale de Dauphine (Paris) , en partenariat avec Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences SOciales (Paris) (laboratoire) et de Université Paris Dauphine-PSL (établissement de préparation de la thèse) .

Le président du jury était Emmanuel Didier.

Le jury était composé de Dominique Méda, Alexandre Mallard, Emmanuel Didier, Florence Jany-Catrice, Gwenaële Rot, Paul N. Edwards.

Les rapporteurs étaient Florence Jany-Catrice, Gwenaële Rot.


  • Résumé

    Les comptes nationaux, dont l’indicateur du PIB, constituent la représentation de l’économie nationale la plus partagée et la plus légitime. Fabriqués en France au sein d’une entité ministérielle — le département des comptes nationaux de l’Insee — ils véhiculent une conception de l’économie évolutive (on appelle « croissance » les variations de l’économie dans le temps) et globale (l’ensemble de la production française exprimée en monnaie). Une fois rendus publics, ils sont marqués par une forme d’objectivité comptable : pour la majorité de ses usagers, et en dépit de nombreuses critiques, la représentation comptable de l’économie est appréhendée comme un objet solide et indiscutable, une connaissance de référence sur la réalité macroéconomique. Fondée sur une enquête ethnographique de neuf mois au sein du département des comptes nationaux, la thèse analyse la fabrique de cette objectivité comptable de l’économie. Au croisement de la sociologie de la quantification, de la sociologie des sciences, et de la sociologie de l’activité, elle interroge la manière dont le département des comptes produit et stabilise une connaissance partagée et de référence sur l’économie nationale. La thèse décrit le département comme une organisation structurée autour d’une activité qui, répartie entre différentes équipes, est envisagée comme un travail d’articulation de catégories comptables et de données, principalement issues de l’appareil statistique français. Loin d’un remplissage machinal de tableaux comptables, l’activité comptable témoigne d’une véritable intervention sur les données, pour les apparier au cadre comptable : l’identification, la collecte, la mise au format, la totalisation, l’arbitrage, la stabilisation, la mise en récit, les itérations, sont autant d’opérations déployées qui participent de la prise de consistance d’une représentation de l’économie. La thèse montre que le caractère global et évolutif de l’économie n’a rien d’évident, mais doit au contraire être produit au jour le jour. Son existence sous la forme d’un système global de relations, de même que sa capacité à varier au cours du temps, est le résultat de l’activité comptable. L’économie nationale, telle que nous la connaissons à travers les comptes nationaux, constitue ainsi un mode d’objectivation possible, et relativement singulier, de l’économie.

  • Titre traduit

    The accounting objectification of the National Economy : An inquiry into the French GDP and national accounts production process.


  • Résumé

    National accounts, including the GDP indicator, are the most shared and legitimate representation of the national economy. Made in France within a ministerial entity – INSEE’s Department of National Accounts – they convey a conception of the economy as an evolutionary (we call "growth" the variations of the economy over time) and global (all French production expressed in currency) object. Once made public, they are marked by a form of accounting objectivity: for the majority of its users, and despite many criticisms, the accounting representation of the economy is seen as a solid and indisputable object, a reference knowledge on macroeconomic reality. Based on a nine-month ethnographic survey within the National Accounts Department, the thesis analyses the fabric of this accounting objectivity of the economy. At the crossroads of the sociology of quantification, the sociology of science, and the sociology of activity, it questions the way in which the national accounts department produces and stabilizes a shared and reference knowledge on the national economy. The thesis describes the department as an organization structured around a distributed work of articulation of accounting categories and data (that mainly come from the French statistical system). Far from being a mechanical filling of accounting tables, the accounting activity involves a real intervention on the data, to match them to the accounting framework: identification, collection, formatting, totalization, arbitration, stabilization, narration, iterations, are operations that contribute to the consistency of a representation of the economy. The thesis shows that the global and evolutionary nature of the economy is not obvious, but must be produced on a day-to-day basis. Its existence in the form of a global system of relationships, as well as its ability to vary over time, is the result of accounting activity. The national economy, as we know it through the national accounts, thus constitutes a possible and relatively singular way of objectifying the economy.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : PARIS-PSL (Paris). Université Paris-Dauphine. Service commun de la documentation : Thèses électroniques Dauphine.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.