Architecture et communication : construire les valeurs, des auteurs et de leurs œuvres, au XXIe siècle

par Margaux Darrieus

Thèse de doctorat en Architecture

Sous la direction de Jean-Louis Violeau.

Le président du jury était Caroline Maniaque-Benton.

Le jury était composé de Jean-Louis Violeau, Véronique Biau, Olivier Chadoin, Nathalie Heinich, Soline Nivet.

Les rapporteurs étaient Véronique Biau, Olivier Chadoin.


  • Résumé

    Pourquoi ce projet plaît-il plus qu’un autre ? Pourquoi est-il plus diffusé dans les revues spécialisées en architecture que l’immeuble d’à côté ? Et, finalement, pourquoi son architecte est plus connu que son confrère ? Si la clef du succès réside dans la valeur de celui qui en est le récipiendaire, identifier les traits qui distinguent une architecture et son architecte de la masse des projets livrés quotidiennement en France permettrait de comprendre les raisons de leur consécration. Fruit d'une expérience d'objectivitation participante au long court au sein d'une rédaction de revue spécialisée, cette recherche vise à décortiquer la fabrique des valeurs au sein du champ de l'architecture au XXIe siècle.Dans notre société postmoderne, mondialisée et dématérialisée, la concurrence est rude pour les architectes et l’injonction, toujours plus pressante : il faut séduire pour construire et avoir construit pour séduire. Si, en tant que média de communication, l’architecture est au service de la reconnaissance de son maître d’ouvrage, les architectes contemporains ne sont pas en reste. Conscients du potentiel de transmission de leurs réalisations, ils les mobilisent au service de la construction de leur propre image de marque. De même qu'ils investissent le temps de leur conception, la médiation qui les fait advenir, pour y bâtir les images, les représentations et les discours qui serviront leur propre reconnaissance, en tant qu'auteur. Émerge alors, en réponse aux exigences de notre société et sa « culture hégémonique du temps réel* », une architecture icône, à la fois œuvre d’art et objet de culte. Dans cette course à la signature, l’architecture est mobilisée pour façonner la figure d’auteur de son concepteur. Au fond, n’est-elle pas que la pétrification d’un moment de communication ? Basée sur l’hypothèse que c’est avant tout les images qu’ils convoquent, les représentations et les discours qu’ils stimulent, qui légitiment une œuvre – de la conception à la mise en service du bâtiment – et son auteur, à condition de savoir les transmettre, cette recherche propose de dresser un état des lieux fourni des règles du jeu qui influencent aujourd’hui la conception du projet d’architecture. Dans la continuité des études sociologiques menées sur le champ de l’architecture, notamment sur les stratégies d’accès à la commande et les modes de co-conception de l'espace, il s’agit d’esquisser l’idéal-type du jeune architecte contemporain à partir de l’étude du parcours et de la production intellectuelle et bâtie d’architectes distingués au sein de cet univers, notamment les lauréats des Albums des jeunes architectes et paysagistes. Ces réflexions sur les jeunes professionnels s’accompagnent de l’exploration des pratiques d'acteurs qui les accompagnent dans la construction de leur réputation, les rédacteurs des revues d'architecture et ceux, jusque-là peu étudiés car relativement émergents dans le monde de l’architecture : les professionnels de la communication, qui facilitent l’accès à la commande des architectes, à l’influence peu visible mais incontestable et dont il s’agit de dresser le portrait et d’objectiver les comportements.* BAUDRILLARD Jean, NOUVEL Jean, Les objets singuliers, Paris : Arléa, 2013 [1e éd. 2000], p.105

  • Titre traduit

    Architecture and communication : building the values of authors and their works in the 21st century


  • Résumé

    What makes one project more appealing than another ? What accounts for the fact that this building, rather than the one next door, appears in the pages of specialized architecture journals ? And why is its architect better known than another ? If the key to success resides in the value of the person who is the object of such esteem, identifying the features that make an architectural work and its architect stand out from the mass of projects delivered daily in France would allow us to understand the reasons for their reputation. The aim of this research – the result of a long-term participant objectivation experience in a specialized journal – is to examine the making of values in the field of architecture in the 21st century.In our globalized and dematerialized postmodern society, competition between architects is fierce and the following reality has become increasingly crucial : to build you have to win over and to win over you have to have built. Architects are perfectly aware that their architecture serves as a medium of communication. Conscious of the message transmission potential of their accomplishments, they mobilize them in the service of building their own brand image. Likewise they devote the time of their conception, the mediation that brings them about, to building the images, representations, and discourses that will serve their own recognition as authors. What emerges then, in response to the demands of our society and its “hegemonic culture of real time*”, is iconic architecture, at once artwork and object of adoration. In this race for signature architecture, the work is mobilized to forge the figure of designer as author.This research is based on the assumption that what legitimates a work (from conception to commissioning) and its author are the images it elicits and the representations and discourses that it stimulates, provided one knows how to transmit them. We therefore propose to draw up a detailed description of the game rules that influence the design of architectural projects today. Expanding on sociological studies conducted in the field of architecture, in particular with regard to strategies of access to commissions and modes of co-designing space, we will describe the ideal model of the young contemporary architect, based on a study of the careers and intellectual and built output of award-winning architects, notably the winners of AJAP/Albums des Jeunes Architectes et Paysagistes. We will also look at the practices of those who accompany these young professionals in building their reputation – architecture journal editors but also communication specialists who facilitate access to commissions and who have not been the subject of much study because their role in the world of architecture is relatively new and their influence, though incontestable, has not been very visible. The goal here is to sketch their portrait and objectify their behavior.* BAUDRILLARD Jean, NOUVEL Jean, Les objets singuliers, Paris : Arléa, 2013 [1e éd. 2000], p.105

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.