Diversité biologique et archéologie de la mort : une approche populationnelle et culturelle du Néolithique soudanais (Haute-Nubie)

par Emma Maines

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Pascal Sellier.

Soutenue le 22-11-2019

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Archéologie (Paris) , en partenariat avec Archéologies et sciences de l'Antiquité (Nanterre) (laboratoire) .

Le président du jury était Pascal Adalian.

Le jury était composé de Pascal Sellier, Matthieu Honegger, Isabelle De Groote, Aline Thomas.

Les rapporteurs étaient Matthieu Honegger.


  • Résumé

    L’étude des restes humains et des archives de fouille de 5 cimetières de la concession de Kadruka (Northern State, Soudan) représentait une occasion unique d’étudier l’évolution des populations néolithiques et des pratiques funéraires du Néolithique de la Haute-Nubie. L’objectif de cette thèse était de reconstituer la biologie de ces populations (y compris l’étude de l’état sanitaire et des caractères discrets dentaires) et les gestes de la séquence funéraire dans leur contexte chronoculturel. Grâce à l’examen de 643 individus (pour l’étude biologique) et de 734 structures (pour l’analyse funéraire) des sites de KDK 1, KDK 2, KDK 18, KDK 21 et KDK 23 et en comparant les informations issues de l’étude de ces 5 ensembles, nous parvenons à discuter l’homogénéité de ces groupes humains et leurs relations biologique et culturelles. Bien que l’analyse de la variation anatomique non métrique (en particulier des caractères discrets dentaires) indique une certaine continuité et une uniformité globale au cours du Néolithique, des arguments peuvent également être avancés sur les brassages de population en lien avec les processus de migration, peut-être multiples et discontinues, ainsi que les processus d’acculturation. Les profils de mortalité, les marqueurs de stress non spécifiques et d’autres indicateurs paléopathologiques fournissent des témoins de la variabilité des groupes et de leurs pratiques. Par exemple, l’exclusion des individus immatures les plus jeunes de certains des cimetières, des pourcentages divergents d’incidence des caries dentaires et d’utilisation des dents comme outils témoignent de processus variables d’évolution de l’économie, de la subsistance et de la structuration de la société. Bien que globalement l’analyse des pratiques funéraires fournisse une image homogène, nos données soulignent autour d’une « norme funéraire » une variabilité « en continu » assez significative au sein de la séquence funéraire (changements importants du mobilier d’accompagnement, occupation et structuration variable des espaces funéraires, etc.). Enfin, ce travail porte un regard critique sur ce qu’apporte l’étude de la concession de Kadruka pour une meilleure compréhension de l’expérience funéraire du Soudan préhistorique, ainsi que le long de la vallée du Nil et à travers le Sahara. En examinant les données d’un point de vue synchronique et diachronique, nous avons atteint notre objectif d’identifier les courants, les évolutions et les particularités culturelles de l’ensemble de Kadruka ainsi que du Néolithique soudanais au sens large.

  • Titre traduit

    Biological diversity and archeology of death : a population and culture based approach to the Sudanese Neolithic (Upper Nubia)


  • Résumé

    The human remains and excavation archives from 5 cemeteries from the Kadruka concession represented a unique opportunity for the study of the evolution of Neolithic populations and funerary practices in Neolithic Upper Nubia. The aim of this doctoral thesis was to reconstruct the biology of these populations (their health and lifeways) as well as to examine the specific practices at work in the different sequences of the funerary cycle within a chronological framework. Through the study of the 643 individuals (for the biological analysis) and 734 structures (for the archaeological analysis) from KDK 1, KDK 2, KDK 18, KDK 21 and KDK 23 and their comparison, it was possible to discuss the homogeneity of these populations from a biological and cultural standpoint. While the analysis of non-metric anatomical variation (specifically the discrete dental traits) points toward an overall continuity and uniformity throughout the Neolithic, though arguments may also be advanced based on this data for thinking flexibly about population admixture and processes of acculturation following migration patterns that may be multiple and discontinuous. Mortality profiles, non-specific stress markers, and other palaeopathological and occupational indicators, provide evidence of significant variability with biological, as well as cultural implications. Elements related to the processes of change at work within these societies, at a critical chronological and cultural juncture in the Prehistory of Upper Nubia, are perceptible through the study of these funerary groups. For example the exclusion of younger infants within burial areas otherwise including the remains of older individuals, the percentage of carious teeth incidence within populations and the use of teeth as tools, all speak to shifts in economy, subsistence and the structuring of society. While our analysis of funerary practice appears globally homogenous, our data also points to significant variability within an otherwise established and stable funerary sequence (important shifts in grave goods, variable occupation and structuring of the cemetery space, etc.). Finally, this work takes a critical look at the place the Kadruka concession now occupies within the greater understanding of the funerary experience in Prehistoric Sudan, as well as along the Nile river valley and across the Sahara. In examining data from a synchronic and diachronic perspective, across a wide variety of regions and contexts, we achieved our goal of identifying cultural undercurrents, evolutions and particularities for the Kadruka ensemble, as well as for the Sudanese Neolithic more broadly.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.