Étude du langage oral et écrit d'une population d'enfants nés grands prématurés : aspects cliniques et électrophysiologiques

par Aude Charollais

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Mohamed Rebaï et de Patrick Berquin.

Le président du jury était Stéphane Marret.

Le jury était composé de Mohamed Rebaï, Patrick Berquin, Nathalie Bednarek, Stéphanie Caharel, Daniel Mellier, Sylviane Valdois.

Les rapporteurs étaient Béatrice Bourdin, Nathalie Bednarek.


  • Résumé

    Les populations d’enfants nés grands prématurés représentent 7% des naissances, soit 15 millions de bébés par an dont 40 % vont présenter des troubles neurodéveloppementaux. Les échecs scolaires sont surreprésentés par rapport à des enfants nés à terme et la lecture est alors constamment atteinte. Nous étudions, au sein d’un travail longitudinal en trois parties, leur langage oral puis leur lecture par les potentiels évoqués. La lecture s’acquiert sur des compétences langagières et visuo-attentionnelles. Nous avons émis l’hypothèse qu’ils présenteraient des troubles moteurs à minima, qui selon la théorie motrice de la perception de la parole, gêneraient le développement de la phonologie. Nous avons, dans une première partie, au sein d’un PHRC national, inclus des enfants nés grands prématurés de 3 ans pour caractériser et stimuler leur langage oral. Nous les avons randomisés en un groupe rééduqué (n=87) et un bras groupe non rééduqué (n= 78) (LAMOPRESCO 1). Les résultats ont montré l’efficacité de la stimulation courte et protocolisée sur des aspects sensorimoteurs du langage à 4 ans. Les enfants rééduqués ont une meilleure progression de leur score en phonologie (p=0.07), et des scores significativement améliorés en lexique de réception (p=0.02) et de production (p<0.01), et en compréhension (p<0.01). Les scores de phonologie étaient corrélés à des scores moteurs, motricité fine et de latéralité (p=0.019). Nous avons développé une méthodologie de PEV en lecture, avec des stimuli mots simples et contrastés dans l’hypothèse de distinguer la voie phonologique motrice de la voie visuelle. Les résultats en Décision Lexicale et en Oddball, de notre population normative adulte (n=19) et enfants normo lecteurs de 12 ans (n=19), questionnent l’onde N170. La population d’enfants appariés dyslexiques (n=16) enregistrée a permis de confirmer les fluctuations maturationnelles de l’onde N170 et de sa co-construction avec l’onde P100 attentionnelle. Le couple P1N1 semble être un marqueur neuro développemental précoce avant l’automatisation de la N170. Le décours temporel positif de P1N1 est corrélé (p=-0.51) pour l’ensemble des populations (n=48) de normo lecteurs et de dyslexiques à notre paramètre de leximétrie (VL). Au décours de cette deuxième partie, la N170, apparait bien être la spécialisation et l’automatisation de la lecture experte, mais le couple P1N1 nous renseigne sur sa construction neurodéveloppementale par le biais d’un probable effet top down maturationnel sur la P100. La position de la N170, est positive chez 56% des enfants nés grands prématurés appariés (n=19) alors qu’on la retrouve chez 39% des enfants dyslexiques. En Oddball, la latence de la P300 mots cibles est corrélée à la leximétrie VL (r=-0.39) dans toutes nos populations étudiées. Pour la troisième partie qui est l’enregistrement par les PEVc de nos enfants de la première partie, maintenant âgés de 8 ans, nous avons simplifié nos stimuli mots. Nous avons enregistré de nouvelles populations normatives : adultes normo lecteurs (n=26), enfants appariés de 8 ans normo lecteurs (n=18) et enfants dyslexiques (n=11). Ils se différencient tous, par les paramètres hétérogènes de la N170. Dans le test de lecture en une minute (LUM), les enfants dyslexiques ont de moindres performances que les enfants nés prématurés (p=.01), eux même différents des normo lecteurs. En DL, le taux de bonnes réponses et le temps de réponse différencient les enfants nés prématurés des enfants dyslexiques (p=.01). En Oddball, les enfants nés grands prématurés rééduqués (n=8) se distinguent des enfants nés grands prématurés non rééduqués (n=9) sur le plan comportemental par de meilleurs TBR et des TR plus longs (p=.01). Les enfants non rééduqués ont une absence d’effet OB. Nous démontrons l’effet d’une rééducation à 4 ans en langage oral à court terme qui modifie les stratégies de lecture à 8 ans. Prématurés. Langage Oral . Pev en lecture . Dyslexie. Rééducation.

  • Titre traduit

    Study of oral and written language of a population of children born very premature : clinical and electrophysiological aspects


  • Résumé

    Populations of children born very prematurely represent 7% of births, or 15 million babies per year. While death and cerebral palsy rates decrease in Western countries, nearly 40% of these children will present neurodevelopmental disorders. Among their difficulties, school failures are overrepresented when compared to full-term children. Reading acquisition is nonetheless very often achieved. We hypothesized that formerly preterm newborns would present minimal motor disorders which, according to the motor theory of speech perception, would hinder the development of phonology. In a longitudinal work conducted in three parts, we analyzed the reading of formerly very preterm newborns by analyzing their event-related potentials on the EEG. In the first part, within a national research program (PHRC), we included children born very prematurely and tested at 3 years of age to characterize and then stimulate their oral language. We randomized them into a re-educated group (n = 87) and a non-reeducated group (n = 78) (LAMOPRESCO study). The results showed the effectiveness of a short and protocol-specific stimulation program on the development of sensorimotor aspects of language at 4 years of age. Re-educated children showed a trend toward a better progression of their score in phonology and significantly improved scores in the lexicon in language reception (p = 0.02), production and comprehension Phonology scores were correlated with motor, fine motor, and laterality scores. In the second part, we developed a methodology of ERP during reading, with stimuli represented by simple and contrasted words in order to distinguish between the phonological motor way and the visual way. The results in two paradigms in ERP of our normative adult population (n = 19) and normal 12-year-old children (n = 16) concerned the N170 wave. This parameter of choice, which signifies the automatization of reading, allows us to confirm the “tuning” effect and to consider the importance of the stimuli. The recorded population of dyslexic paired children confirmed the existence of maturational fluctuations of the N170 wave and its co-construction with the attentional P100 wave. The positive time course of P1N1 was correlated for all populations of normo-readers and dyslexics at our leximetry parameter. The N170 appears to reflect the specialization and automatization of expert reading, but the P1N1 couple informs us about its neurodevelopmental construction through a probable “top down” effect maturation on the P100. The position of the N170 was positive in 56% of the paired premature infants (n = 18), while it is found in 39% of dyslexic children. In the oddball task, the latency of the P300 target words was correlated with the VL in all studied groups. This complementary result directs us to the importance of visual attention and working memory, especially in children born very prematurely during the specialization of neurons in reading. To achieve our third part, which is the recording of our first-time children, who are now 8 years old, by the cVEVs, we simplified our stimulus words. We recorded new normative populations: normal adult readers (n = 25), matched norma, reading children at 8 years of age (n = 22), and dyslexic children (n = 11). They were all differentiated by the heterogeneous parameters of the N170. In the one-minute reading test, dyslexic children performed less well than children born prematurely (n = 18), themselves different from normal readers. The correct response rate and the reaction time differentiated children born prematurely from dyslexic children. In the oddball paradigm, children born very prematurely but rehabilitated (n = 8) were distinguished from children born prematurely but uneducated (n = 9) at the behavioral lecel by better CRR and longer RTs. Non-rehabilitated children had no oddball effect. We demonstrate the effect of a 4-year reeducation program in short-term oral language that modifies reading strategies at age 8.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. BU Lettres, Sciences humaines. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.