Le savoir-danser d'Isadora Duncan : origine et transmission d'une œuvre esthétique

par Isabelle Namèche

Thèse de doctorat en Staps

Sous la direction de Olivier Sirost.

Le président du jury était Terezinha Petrucia da Nóbrega.

Le jury était composé de Olivier Sirost, Otto Schantz, Pascal Roland, Jean-Louis Benoit, Marie-Pierre Chopin, Laure Guilbert.

Les rapporteurs étaient Otto Schantz.


  • Résumé

    Isadora Duncan fait partie de ce genre d’artiste qui laisse une empreinte profonde dans la culture. Arrivée en Europe en 1899 avec sa famille pour exposer sa nouvelle danse, Isadora Duncan va sillonner l’Europe et le monde pour montrer, au moyen de son savoir-danser, une voie à l’éveil de soi. Elle-même objet de cette expérience à laquelle elle a été préparée dans la cellule familiale par une éducation de l’amour de l’être pour ce qu’il est, Isadora choisit sa propre voie philosophique pour élaborer son œuvre en communauté et projeter de former, avec sa sœur Elizabeth, des disciples à l’art Duncan. Or, le contexte réformateur de la vie en Allemagne et le déploiement économique et technique de l’industrie, vont poser, d’une certaine façon, l’antagonisme des voies pédagogiques que choisissent les sœurs Duncan dans leur transmission. Elles vont surtout révéler la survivance d’un courant pédagogique antique à partir duquel elles construisent leur rapport au monde et le sens qu’elles donnent à l’aspect de la formation. Car le style d’Isadora Duncan, s’il peut être défini comme étant un style naturel, c’est qu’il pose la question de sa genèse, de sa transmission et de ce qu’il laisse en héritage. C’est cet ensemble de questions qui a motivé notre enquête par traces au sein des archives en suivant Isadora et sa famille. Mais c’est aussi dans les lieux de pratiques Duncan que nous avons suivi le fil de la transmission et le projet depuis son origine pour en comprendre le sens.

  • Titre traduit

    The inner knowledge of Isadora Duncan's dance : origin and transmission of an aesthetic work


  • Résumé

    Isadora Duncan is part of this kind of artist who leaves a deep imprint in the culture. Arrived in Europe in 1899 with his family to exhibit his new dance, Isadora Duncan will travel Europe and the world to show, through his knowledge-dancing, a path to self-awareness. She herself is the object of this experience to which she was prepared in the family unit by an education of the love of being for what it is, Isadora chooses her own philosophical way to elaborate her work in community and project of form, with his sister Elizabeth, disciples at Duncan art. However, the reforming context of life in Germany and the economic and technical deployment of the industry will, in a way, pose an antagonism to the educational pathways chosen by the Duncan sisters in their transmission. Above all, they will reveal the survival of an ancient educational current from which they have built their relationship to the world and the meaning they give to the aspect of formation. For Isadora Duncan's style, if it can be defined as a natural style, is that it raises the question of its genesis, its transmission and what it leaves as an inheritance. It is this set of questions that motivated our investigation by traces in the archives, following Isadora and his family, but also in places of practice Duncan to find the thread of transmission and follow the project from its origin to understand the meaning.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. BU Lettres, Sciences humaines. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.