Nouveaux biomarqueurs en imagerie du myélome multiple

par Clément Bailly

Thèse de doctorat en Médecine nucléaire

Sous la direction de Michel Chérel et de Caroline Bodet-Milin.

Soutenue le 11-12-2019

à Nantes , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé Nantes-Angers , en partenariat avec INSERM UMR 1232 CRCINA (laboratoire) .

Le président du jury était Françoise Kraeber-Bodéré.

Le jury était composé de Nicolas Arlicot.

Les rapporteurs étaient Florent Cachin, Gilles Karcher.


  • Résumé

    Malgré d’importants progrès lors de cette dernière décennie, le myélome multiple reste encore une maladie incurable et l’identification de nouveaux biomarqueurs permettant de toujours mieux sélectionner les patients de mauvais pronostic éligibles à une thérapie plus intensive demeure d’actualité. L’imagerie en médecine nucléaire s’inscrit parfaitement dans cette démarche en permettant d’observer in vivo, de façon non invasive, l’expression et la distribution des biomarqueurs accessibles dans les cibles tumorales. Cette hétérogénéité de signatures moléculaires peut être appréciée qualitativement ou quantitativement, par l’intermédiaire de multiples traceurs apportant des informations phénotypiques, métaboliques, complémentaires ou en explorant les distributions et fixations de chaque traceur individuellement. La première partie de ce travail a été consacrée à l’évaluation pré-clinique d’anticorps ciblant le syndecan-1 ou CD138, une protéoglycane utilisée comme marqueur standard par de nombreux laboratoires pour l’identification et la purification de cellules myélomateuses. La seconde partie a évalué des paramètres quantitatifs d’analyse de l’imagerie TEP caractérisant l’hétérogénéité intra-tumorale afin de les corréler aux données histologiques. La troisième partie de ce travail a consisté en l’évaluation de la pertinence des paramètres quantitatifs d’analyse de l’imagerie TEP-FDG en clinique sur les données de la cohorte IMAJEM.

  • Titre traduit

    New Biomarkers in Multiple Myeloma Imaging


  • Résumé

    Despite significant progress over the past decade, multiple myeloma remains an incurable disease and the identification of new biomarkers to better select patients with poor prognosis who are eligible for more intensive therapy remains a priority. Nuclear medicine imaging fits perfectly into this approach by allowing non-invasive in vivo observation of the expression and distribution of accessible biomarkers in tumor targets. This heterogeneity of molecular signatures can be assessedqualitatively or quantitatively, through multiple tracers providing complementary, phenotypic and metabolic, information or by exploring the distributions and uptakes of each tracer. The first .part of this work was devoted to the pre-clinical evaluation of antibodies targeting syndecan-1 or CD138, a proteoglycan used as a standard marker by many laboratories for the identification and purification of myeloma cells. The second part evaluated quantitative parameters for the analysis of PET imaging characterizing intra-tumor heterogeneity in order to correlate them with histological data.The third part of this work consisted in evaluating the relevance of quantitative parameters for the analysis of PET-FDG imaging in the clinic using the data of the IMAJEM cohort.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.