Viaggiatori Italiani in Persia. Oltre il pregiudizio : la scoperta dell’iranicità attraverso il viaggio tra il sacro e il profano nell’Iran contemporaneo

par Maria Rosaria Mormone

Thèse de doctorat en Langues, civilisations et littératures étrangères

Sous la direction de Walter Zidarič et de Michele Bernardini.

Soutenue le 16-10-2019

à Nantes en cotutelle avec l'Università degli studi di Napoli "L'Orientale" , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) , en partenariat avec Université Bretagne Loire (COMUE) et de Laboratoire l'Antique, le moderne (Nantes) (laboratoire) .

Le président du jury était Margherita Orsino.

Le jury était composé de Emanuele Cutinelli Rèndina, Manuela Bertone.

  • Titre traduit

    Au-delà du préjugé : découverte de l'iranicité à travers le voyage entre le sacré et le profane dans l'Iran de nos jours


  • Résumé

    Pour comprendre l'Iran d'aujourd'hui il faut poser son regard sur la Perse antique, terre de nomades, de marchands et de voyageurs mais aussi de champs de bataille sur lesquels ont été érigés les fondements d'une société raffinée tant aimée par les scientifiques, les artistes, les poètes et surtout par les voyageurs. Au fil des siècles, beaucoup d'italiens l'ont traversée ou y ont séjourné et il est impossible de parler de l'Iran sans prendre en considération son passé de Grand Empire, sa transformation religieuse du polythéisme à l'Islam en passant par le Mazdéisme, et ses bouleversement socio-culturels survenus lors de la transition entre la monarchie de Pahlavi et la République islamique d'Iran instaurée en 1979 à la suite de la révolution. A travers l'analyse et la comparaison de divers reportages de voyages, cette étude socio-culturelle tentera donc de mettre en évidence la façon à travers laquelle la vision de l'Iran, que certains voyageurs italiens possédaient, s'est modifiée et de quelle manière le voyage en Iran, entre le sacré et le profane, a influé sur la personnalité de ces derniers. D'après les textes des journalistes, des touristes, des littéraires et des aventuriers examinés, il est possible d'affirmer que tous ces gens sont tous partis en Iran avec beaucoup de craintes et un bagage de préjugés assez important. Cependant le voyage les a tellement surpris qu'ils ont rapidement reconnu leur erreur de jugement. La magnificence des lieux et la gentillesse de la population les ont amenés à aimer chaque pierre, chaque légende, et chaque personne rencontrée jusqu'à en arriver à se sentir comme à la maison malgré les nombreux kilomètres qui séparent la République islamique d'Iran de leur propre patrie. Lorsqu'il se rend en Iran, le voyageur prend conscience de se trouver dans un État théocratique qui impose des règles strictes mais qui entretient pourtant la pureté d'âme parfois perdue en Occident. Il s'agit d'un État dans lequel les Gardiens de la révolution intimident régulièrement les femmes en contrôlant leurs habits, en les obligeant à vivre selon les lois de la Charia, mais c'est dans ce même pays que les hommes sont toujours gentils et respectueux. C'est un lieux où le chant du Muezzin invite à la prière à l'aube, à midi et au coucher du soleil et où des ombres silencieuses, enroulées dans leurs tchadors obligent à réfléchir sur un pays où cohabitent des femmes résignées et tristes avec d'autres, bien courageuses, à la tête couverte dans toute sorte de tissus et prêtes à défier leurs familles et la société en découvrant de plus en plus leurs têtes enroulées dans des rusari colorés. L'Iran est un lieu où les fidèles chiites prient le même Dieu que leurs frères ennemis sunnites, toujours prêts à réitérer les événements de Kerbala. Et c’est un endroit où, pendant le Noruz zoroastrien, l’âme sombre de l’Ashura cède la place à l’espoir d’une meilleure année.

  • Titre traduit

    Beyond prejudice : discovering Iranianity through the journey between the sacred and the profane in contemporary Iran


  • Résumé

    To understand the Iran of today we must look at ancient Persia, land of nomads, merchants and travelers but also battlefield on which have been erected the foundations of a refined society so loved by scientists, artists, poets and especially by travelers. Over the centuries, many Italians have crossed or stayed there, and it is impossible to talk about Iran without taking into consideration its past of the Great Empire, its religious transformation from polytheism to Islam via the Mazdaism, and its socio-cultural upheaval occurred during the transition from the Pahlavi monarchy to the Islamic Republic of Iran established in 1979 following the revolution. Through the analysis and comparison of various travel reports, this socio-cultural study will try to highlight how the vision of Iran, that some Italian travelers had, has changed and in which way the trip to Iran, between the sacred and the profane, has influenced the personality of this travelers. According to the texts of the journalists, the tourists, the literary people and the adventurers examined, it is possible to affirm that all these people have all reached Iran with a lot of fears and a baggage of prejudices quite important. However, the trip surprised them so much that they quickly recognized their misjudgment. The magnificence of the place and the kindness of the people, led them to love every stone, every legend, and every person they met, they made them feel at home despite the many kilometers that separate the Islamic Republic of Iran from their own homeland. When traveling to Iran, the traveler becomes aware of being in a theocratic state which imposes strict rules, but whose people maintains the purity of soul, sometimes lost in the West. This is a state in which Revolutionary Guards routinely bully women by controlling their clothes, forcing them to live by Shari'a law, but it is in that same country that men are always kind and respectful. It is a place where the song of Muezzin invites to prayer at dawn, at noon and at sunset and where silent shadows, rolled up in their chadors, make you think about a country where resigned and sad women live together with others brave, with their heads covered in all sorts of fabrics and ready to challenge their families and society by discovering more and more their heads wrapped in colorful rusari. Iran is a place where Shiite worshipers pray to the same God as their Sunni enemy brethren, always ready to reiterate the events of Kerbala. And is a place where during the Zoroastrian Noruz, the dark soul of Ashura gives way to the hope of a better new year.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.