Durée de vie des psychologues en soins palliatifs : apprendre à vivre par la mort : étude clinique de 5 entretiens "clinique-dialogique"

par Emilie Ghyssens-Marandas

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Martine Lani-Bayle.

Le président du jury était Martine Janner-Raimondi.

Le jury était composé de Loïc Chalmel, Donatien Mallet, Sophie Lelorain.


  • Résumé

    L'accompagnement de la fin de vie est une clinique qui s'est développée en France, avec l'émergence des services de soins palliatifs, à la fin des années 80. Alors que la mort avait été laissée pour compte pendant plusieurs décennies, des professionnels de santé (dont des psychologues, profession toujours en construction à l’époque) ont ainsi commencé à accompagner ce temps de passage. Cette étude pose une question centrale : combien de temps un psychologue peut-il exercer dans un service d'accompagnement à la mort sans être mis en difficulté ? Cette interrogation est devenue un point de départ vers d’autres, telles que : pourquoi et comment exercer comme psychologue en soins palliatifs et en continuité, quelle formation adopter pour soutenir une telle pratique ? L'hypothèse générale qui, dès lors, a soustendu notre recherche, est que la clinique de la fin de vie est une pratique éprouvante qui nécessiterait des ressources encore à découvrir ainsi qu'une capacité à s'interroger sur son expérience de vie, afin d'en tirer un savoir expérientiel réflexif pour assumer d'accompagner au plus près et sans en être trop affecté, la personne qui va mourir. Dans cet objectif j'ai effectué, avec 4 psychologues exerçant ou ayant exercé en soins palliatifs, des entretiens « cliniquesdialogiques ». Ceux-ci, par leur spécificité, permettent de faire émerger des espaces de co-construction de savoir. Ce travail interroge la notion de formation tout au long de la vie – et jusqu’au bout. Car il apparaît que la mort vient mettre en lumière différentes temporalités et différents espaces de savoirs à explorer.

  • Titre traduit

    The ‘life-expectancy’ of a psychologist in the domain of palliative care : learning how to ‘survive’ with some help from death itself : a qualitative study of 5 clinical-dialogical interviews


  • Résumé

    End-of-life care and support is a clinical practice which developed in France with the emergence of palliative care services at the end of the 80s. Whilst death itself had been ‘set-aside’ for several decades, health professionals (including psychologists, whose profession was still evolving at the time) began to support patients during the final phase of life. This study raises a major issue: how long is a psychologist able to practice in an ‘end-of life’ department without suffering the consequences of dispensing this care him/herself? This central question gave rise to others such as: what is the rationale behind providing such support as a psychologist in the domain of palliative care and how do we go about it? And in the longer term which type of training would be best adapted to enable us to carry out this type of care. The underlying hypothesis which under-pins our research is that working in an ‘end-of-life’ care service is a highly demanding practice which requires resources which have yet to be defined as well as the capacity to ask oneself questions based on our own life experiences, in order to derive from it a reflexive and pragmatic attitude so that we can undertake this support in the best conditions and without being too strongly affected by the patient who is nearing death. With this as my objective I carried out, along with 4 other psychologists who are, or who have practiced in palliative care services, some ‘clinical-dialogical’ interviews. The latter, by their specific nature, facilitate the development of collaborative thinking and knowledge. This study raises the question of the importance of life-long-learning - and that to the ultimate end. It would appear that the notion of death itself focuses attention on a variety of temporalities and areas of knowledge which merit exploration.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.