Vimers de mer et sociétés dans les provinces de la façade atlantique du royaume de France (XIVe-XVIIIe s)

par Emmanuelle Athimon

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Luc Sarrazin, Mohamed Maanan et de Thierry Sauzeau.

Le président du jury était Martine Tabeaud.

Les rapporteurs étaient Virginie Cazes-Duvat, Tim Soens.


  • Résumé

    La thèse porte sur les tempêtes et L’emprise submersions marines dans l’ouest de la France. Elle couvre une période peu examinée, comprise entre leur sortie de la pénombre documentaire au milieu du XIVe siècle et le développement progressif des mesures instrumentales dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. 128 tempêtes ont été analysées. La thèse interroge la tempête dans ses définitions et ses composantes. Pluri et interdisciplinaire, elle s’articule autour de 4 axes principaux. Le premier dresse un bilan critique des sources écrites (diaires, registres paroissiaux, de comptes…) et des archives sédimentaires. 19 888 documents historiques ont été dépouillés. Le second axe reconstruit l’histoire des tempêtes et caractérise les événements anciens, notamment en usant d’un SIG et de la cartographie. spatiale, le coefficient de marée estimatif, l’endommagement peuvent être établis. Le troisième propose une démarche de quantification des dommages et introduit une réflexion sur la construction d’un prototype d’évaluation des tempêtes. Le dernier analyse de manière systémique les réponses des sociétés médiévales et modernes. Les résultats témoignent de l’adaptabilité des populations et de leur tolérance au risque. En questionnant les dialectiques hommes / environnement, la combinaison de ces 4 axes permet de conclure à la gestion pragmatique que les sociétés avaient de leur vulnérabilité face aux tempêtes. Opératoire, l’étude peut contribuer à la prévention et à la gestion des risques actuels et futurs.

  • Titre traduit

    "Vimers de mer" and societies in the Atlantic coast regions of the french kingdom (14th-18th century)


  • Résumé

    The thesis focuses on storms and sea floods in the west of France. It covers a less studied period of time from the exit of documentary twilight in the middle of the 14th century to the progressive development of measuring instruments in the last third of the 18th century. 128 storms have been analysed. This thesis wonders about the definitions of a storm and its components. At the crossroads of several and intertwined subjects, the thesis is structured around 4 main development lines. The first one establishes a critical statement of written sources (journals, parish registers, account registers…) and sedimentary archives. 19 888 historical documents have been checked. The second development line puts together the history of storms and pictures past events, mainly using a SIG and the method of mapmaking. Therefore, the spatial extent, the estimated tidal coefficient and the damage to infrastructures, activities, human lives can be pointed out.The third line offers a damage’s quantification approach and introduces a reflection on the creation of a storms’ evaluation prototype. The last line analyses, in a systemic manner, responses of medieval and modern societies. The results are evidence of the populations’ adaptability and risk tolerance. By questioning the dialectic relationship of mankind and environment, the combination of thoses 4 development lines leads to conclude to society’s pragmatic management of its weaknesses when facing storms. This study can contribute to preventing and managing current and future risks.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.