Le baron Nicolas-Joseph Marcassus de Puymaurin,collectionneur et mécène en Languedoc au siècle des Lumières.

par Danielle Subra

Thèse de doctorat en HISTOIRE DE L'ART spécialité Art moderne

Sous la direction de Thierry Verdier.

Le président du jury était Pascal Julien.

Le jury était composé de Fabienne Sartre.

Les rapporteurs étaient Julien Lugand.


  • Résumé

    L’histoire des collectionneurs toulousains reste encore à faire. Bien que quelques articles aient été épisodiquement consacrés à l’un ou l’autre des grands noms de la collection, ils restent très ponctuels et incomplets. Si Robert Mesuret a réuni et publié en 1972 l’ensemble des livrets des Salons de l’Académie Royale de peinture de Toulouse, il faut attendre 2002, l’exposition au Musée Paul Dupuy et le catalogue de jean Penent pour avoir une vue synthétique de la collection à Toulouse au XVIIIe siècle. Cependant en 2003, dans son ouvrage Les grands collectionneurs Pierre Cabanne choisit pour illustrer la figure du collectionneur provincial du XVIIIe siècle le baron de Puymaurin. Il écrit : « Mais le collectionneur toulousain le plus important est le baron de Puymaurin qui très jeune, ramena d’Italie l’amour des arts » et conclut ainsi : « L’inventaire de biens de Puymaurin, un an après sa disparition, décrit l’intérieur de son hôtel et de son contenu, la Chambre jaune, le Salon doré, le Cabinet, les meubles, les tableaux et la bibliothèque ; celui d’un des derniers collectionneurs provinciaux du XVIIIe siècle pendant la tourmente révolutionnaire ». Dans son sillage, nous allons donc consacrer notre étude au baron de Puymaurin. De sa naissance en 1718 à sa mort en 1791, nous retracerons l’itinéraire de cet esprit curieux, éclectique et entreprenant, à la fois mélomane, négociant, académicien, syndic général du Languedoc et collectionneur. Nous ferons également étape dans ses différents lieux de vie avant d’aborder l’analyse de ses collections au travers des inventaires après décès, sources précieuses de renseignements. La composition de sa bibliothèque, ainsi que celle de ses cabinets laisse entrevoir la diversité des centres d’intérêts de cet érudit, et permet d’en définir les goûts, de même que les livrets du salon et le catalogue de la vente d’une partie de son cabinet, après sa disparition. Nous nous intéresserons ensuite à ses activités au sein des différentes Académies auxquelles il appartenait, ainsi qu’à son rôle de mécène auprès du peintre Jacques Gamelin en particulier, dont il fut le « découvreur » et le plus ardent défenseur. La collection du baron de Puymaurin a été dispersée après son décès. Pour terminer nous tenterons de retracer les pérégrinations de ces œuvres, dispersées aujourd’hui tant dans des collections particulières que dans des musées, en France voire à l’étranger.

  • Titre traduit

    The baron Nicolas-Joseph Marcassus de Puymaurin, collector and patron in Languedoc in the Enlightenment


  • Résumé

    The story of the collectors from Toulouse is still to be done. Whereas some articles were occasionally devoted to one or another famous names in the collection, they remain very limited and uncompleted. Nevertheless, Robert Mesuret gathered and published all the booklets about the Salons of the painting Royal Academy of Toulouse in 1972. We have to wait until 2002 the exhibition in the Paul Dupuy museum and the catalog by Jean Penent to get a synoptic vision of the collection as it was in Toulouse in the 18th century. But, in 2003, in his book : Les grands collectionneurs. Pierre Cabanne chose the character of the provincial collector during the 18th century : the Baron of Puymaurin. He wrote : “ but the most important collector from Toulouse is the Baron of Puymaurin, who, when he was very young, brought back from Italy the love of arts” and he concluded : “ the stocklist of Puymaurin’s belongings, made a year after his death, describes the inside of his hotel and its content : the yellow bedroom, the gilded lounge, the Cabinet, the furniture, the paintings and the library, that was one of the last provincial’s of the 18th century during the revolutionary trouble. On his tracks, we are going to dedicate our study to the Baron of Puymaurin. From his birth in 1718 to his death in 1791, we will retrace the life story of this curious, eclectic and resourceful mind. He was at the same time a music lover, businessman, academician, general mayor of the Languedoc county and a collector. We will, as well, stop in the diverse living places before making an analysis of his collections through the stocklists made after his death. These are precious sources of information. The content of his library as well as the one of his cabinets open to the diversity of the centers of attention of this erudite person. They allow at the same time to find a definition of his tastes, like the booklets of the lounge and the catalog of the sale of some items of his cabinet, after his death. Then, we will study the content of his activities inside the academies he belonged to and the part he played as a sponsor of the painter Jacques Gamelin among others. He was his discoverer and the eager defender. The Baron of Puymaurin’s collection was spread all over after his death. At last, we will try to retrace the travels of these works scattered in personal collections and in French or foreign museums.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 31-12-2024

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.