Un cas de résurgence terminologique : la terminologie musicale en usage en France et en Angleterre à la seconde moitié du XVIIe siècle

par Delphine-Anne Rousseau

Thèse de doctorat en Lexicologie et terminologie multilingues

Sous la direction de François Maniez.

Soutenue le 15-11-2019

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) , en partenariat avec Centre de recherches en terminologie et traduction (Bron, Rhône) (équipe de recherche) , Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscriptions) et de Centre de recherche en terminologie et traduction / CRTT (laboratoire) .

Le président du jury était John Humbley.

Le jury était composé de Pascaline Dury.

Les rapporteurs étaient François Gaudin, Anne Condamines.


  • Résumé

    La présente thèse consiste en une étude synchronique historique et en une étude diachronique de la terminologie musicale dans deux pays (France et Angleterre), deux langues (français et anglais) et sur une période courte (de 1650 à 1700). Nous avons dépouillé, manuellement, des traités et écrits musicaux de cette époque (corpus de dépouillement), pour constituer une base de données dans i-Term. Puis, nous appuyant sur un corpus d’ouvrages publiés depuis leXVIIIe siècle (corpus de référence), nous avons étudié l’évolution dans le temps d’un certain nombre de termes et de concepts. Au préalable, nous avons dressé un état de l’art sur les recherches terminologiques à caractère diachronique, précisé le cadre théorique de nos travaux et proposé une typologie de la variation diachronique. Nous avons établi une méthodologie détaillée applicable à des travaux portant sur une terminologie ancienne dans d’autres domaines. Enfin, nous proposons une réflexion sur le rôle du terminologue dans les gestes de médiation langagière, ainsi que des outils de médiation destinés aux différents acteurs du domaine de la musique ancienne.Les recherches en terminologie historique, encore relativement peu nombreuses, répondent à un réel besoin, notamment dans les domaines d’activité qui connaissent un retour des pratiques anciennes et où il importe de retrouver les anciennes terminologies pour mieux se réapproprier les « nouveaux » métiers ainsi apparus. Ce retour d’une activité ancienneconcerne le domaine musical, qui a vu progressivement apparaître, depuis le XIXe siècle, un domaine à part entière, celui de la musique ancienne, dont l’objet est se réapproprier une musique d’époques éloignées (Moyen Âge, Renaissance, XVIIe, XVIIIe et même XIXe siècle). Malgré tout le travail déjà accompli, tout un travail d’étude doit encore être fait enterminologie pour s’assurer d’une juste compréhension des écrits anciens et de cette musique même. La recherche que nous avons réalisée se veut une contribution à cet objectif.Spécialisée en interprétation de la musique ancienne (violon), nous avons pu constater l’existence d’un important besoin de clarification et de médiation terminologiques chez les spécialistes du domaine, qui sont souvent appelés à interagir avec le public et avec des spécialistes d’autres domaines. Le besoin existe aussi pour communiquer entre spécialistes dela musique ancienne, car leur spécialité, leur formation et les langues dans lesquelles ils évoluent font en sorte qu’ils n’utilisent pas tous la même terminologie.

  • Titre traduit

    A case of terminological resurgence : music terminology in use in France and England during the second half of the seventeenth century


  • Résumé

    The present thesis consists of a synchronic historic study (1650-1700) and a diachronic study (from 1700 onwards) of music terminology in two countries (France and England) and two languages (French and English). We gathered, processed and analysed a corpus of period writings on music (term-extraction corpus), in order to create a terminological database in i-Term. Then, based on a corpus of works published from 1700 onwards (reference corpus), we studied the evolution over time of a number of terms and concepts. Before undertaking this work, we deemed it essential to conduct a literature review on diachronic terminology and to define our theoretical framework, as well as to put forward a typology of diachronic variation. We established a detailed methodology, which may be used for similar work in other fields. Finally, we have put forward a reflection on the role of the terminologist in the linguistic mediation process, as well as mediation tools designed for the various early-music terminology users.Research in historical terminology, as yet relatively scarce, addresses a genuine need in spheres of activity that are undergoing a revival of their practices, the reappropriation of which implies rediscovering ancient terminology. The field of music has been the subject of such a revival, as it saw the emergence of the new sphere of activity of 'ancient music' in the nineteenth century, which then turned into a subject field in its own right, the aim of which is to become acquainted with and to reappropriate music from remote eras (Middle Ages, Renaissance, seventeenth, eighteenth – and even nineteenth – centuries), and to share it with enthusiastic audiences. However, despite all the work undertaken by musicologists and music practitioners, much remains to be done, and the work related to the study, understanding and dissemination of early-music terminology is far from achieved. Our research is meant as a further contribution to this end. As a musician specialised in early-music performance (violin), we have observed there was an important need for terminological disambiguation, if only because early-music experts are frequently bound to interact with the public and people who specialise in other areas, which entails a genuine risk of terminology-related misunderstandings. Such need also arises in expert-to-expert communication, as all early music experts do not use the same terminology (depending on their special field, training, and the languages in which they have worked).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.