Le paysage de la photographie américaine de paysage : 1960-1990

par Bruno Chalifour

Thèse de doctorat en Langues et litteratures étrangeres

Sous la direction de Jean Kempf.

Soutenue le 26-09-2019

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) , en partenariat avec Triangle, action, discours, pensée politique et économique (Lyon) (équipe de recherche) , Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscriptions) et de Triangle (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Paul Gabilliet.

Le jury était composé de Bernard Genton, Danièle Méaux.

Les rapporteurs étaient Géraldine Chouard.


  • Résumé

    La période 1960 – 1990 a été agitée et féconde aux États-Unis malgré l’échec du projet de Grande Société et de lutte contre la pauvreté du président L.B. Johnson. L’Amérique a profité des retombées de sa domination économique et militaire pour financer l’éducation, le logement (G.I. Bill) ainsi que les arts (N.E.A.). De 1960 à 1990 la photographie est entrée massivement à l’université, dans les musées et dans le marché de l’art. Le paysage a toujours été un genre artistique privilégié aux États-Unis, de la peinture du dix-neuvième siècle à la photographie depuis son invention qui coïncide avec la découvertes de nouveaux territoires qui crée le pays. Le médium a documenté le développement territorial du pays puis s’est affirmé sur la scène de la photographie créative occidentale. Les années considérées vont voir la photographie créative américaine passer d’une période « romantique » tournée vers l’abstraction et le monde intérieur de l’artiste, conséquence des persécutions politiques de l’immédiat après-guerre, vers une réflexion ontologique et expérimentale, pour finalement traiter de problèmes de société tout en restant connectée aux réflexions esthétiques et philosophiques communes aux autres arts. Au sortir des années 1980, la photographie américaine de paysage, celle des grands espaces mais également celle des espaces humanisés, urbanisés, domine la scène internationale inspirant un renouveau du genre en Europe, au Canada, au Japon,…. Lancé par une exposition alors jugée mineure en 1975, le phénomène New Topographics est devenu planétaire et perdure. Ces quinze dernières années, de nombreuses expositions des paysagistes américains de cette période ont circulé à travers le monde, phénomène révélateur de leur rôle dans notre culture occidentalo – planétaire ainsi que pour l’histoire du médium

  • Titre traduit

    The Landscape of American Landscape Photography : 1960 – 1990


  • Résumé

    During the 1960 – 1990 period, in spite of the psychological and economical fall-outs of the various wars (Cold War, Korea and Vietnam ) undermining L.B. Johnson’s hopes and plans for a Great Society and his War on Poverty, the American government used its world supremacy and the derived wealth acquired in the wake of W.W. II (the USA was the only western country whose industrial production was impacted positively) to finance popular housing, adult education (G.I. Bill), and the arts (N.E.A.). During those years photography crashed the doors of academia, museum and art institutions, and entered the art market. Landscape has always been a major genre in the American visual arts, from the paintings of the nineteenth century (the Hudson River School, the Luminists) to photography. An interesting synchronicity can be observed between the birth, growth and coming of age of both the medium and the country. Landscape photography participated in the creation of an American identity. A century later, during what we can now call the Golden Age of American landscape photography from New Topographics in the 1970s to the advent of color photography in the 1980s, photographers turned their lenses back toward the east at the damage done and the state of the landscape left behind. The production of wall-size prints followed, competing for attention with paintings on the walls of museums and galleries that welcome them. Since the Culture Wars of the late 1980s and the 1990s, and the defunding of the arts that ensued, the rest of the world has caught up, influenced by the traveling exhibitions and publications of that generation of American photographers.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.