Analyse comparative de l'acquisition du langage et de son déclin dans la maladie d'Alzheimer : étude de la théorie de la rétrogenèse

par Camille Frouin

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Frédérique Gayraud.

Soutenue le 09-05-2019

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) , en partenariat avec Laboratoire Dynamique Du Langage (laboratoire) et de Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) .

Le président du jury était Laurent Lefebvre.

Le jury était composé de Christophe Dos Santos.

Les rapporteurs étaient Anne Lacheret-Dujour.


  • Résumé

    Cette thèse avait pour objectif de tester la théorie de la rétrogenèse appliquée au langage des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, afin de tirer des conclusions permettant d’adapter notre comportement aux patients et de mettre en place des méthodes de maintient dans le langage plus appropriées.Pour ce faire, trois tâches ont été mises en place : une tâche de fluence verbale (phonémique (lettre initiale P) puis sémantique (animaux)), une tâche de dénomination d’images, ainsi qu’une tâche de répétition de phrases. Trois groupes de participants ont été créés : un groupe de 80 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, un groupe de 60 enfants, âgés de 3 à 11 ans, puis un groupe contrôle de personnes âgées saines. Le groupe des patients était divisé en 4 sous-groupes en fonction de leur score au MMSE. Il en était de même pour les enfants, répartis en trois sous-groupes.Les analyses effectuées par le biais de modèles mixtes, ont permis de montrer que le déclin du langage dans la maladie d’Alzheimer semble bien suivre un ordre symétrique à celui de son acquisition. L’effet d’AoA permet souvent d’expliquer ce phénomène. Toutefois, des différences entre les enfants et les personnes Alzheimer sont également observables : si le langage semble suivre une involution symétrique à celle de l’enfant, il n’en est pas moins que les processus sous-jacents impliqués ne sont pas les mêmes que chez l’enfant.

  • Titre traduit

    Comparative analysis of language acquisition and its decline in Alzheimer's disease : a study of the retrogenesis hypothesis


  • Résumé

    The aim of this thesis was to test retrogenesis hypothesis applied to the language of people with Alzheimer's disease, in order to draw conclusions allowing us to adapt our behavior to patients and to implement appropriate methods of maintaining language.To do this, three tasks were established: a verbal fluency task (phonemic (initial letter P) and then semantic (animals)), an picture naming task, and a sentence repetition task. Three groups of participants were created: a group of 80 people with Alzheimer's disease, a group of 60 children, aged 3 to 11, and a healthy elderly control group. The patient group was divided into 4 subgroups based on their MMSE score. It was the same for children, divided into three subgroups.Analyzes conducted runing mixed models have shown that the decline of language in Alzheimer's disease seems to follow a symmetrical order to that of its acquisition. The effect of AoA can often explain this phenomenon. However, differences between children and Alzheimer's patients are also observable: if the language seems to follow an involution symmetrical to that of the child, it is nonetheless that the underlying processes involved are not the same as in the child.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.