Persian Verbs in Spatial Events : with a Specific Focus on Complex Predicates

par Catherine Nouri

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Maarten Lemmens et de Pouneh Shabani Jadidi.

Le président du jury était Homa Lessan-Pezechki.

Le jury était composé de Maarten Lemmens, Pouneh Shabani Jadidi, Homa Lessan-Pezechki, Pollet Samvelian, Mahbod Ghaffari.

Les rapporteurs étaient Homa Lessan-Pezechki, Pollet Samvelian.

  • Titre traduit

    Verbes persans dans les événements spatiaux : avec un accent particulier sur les prédicats complexes


  • Résumé

    Cette thèse a un double objectif : 1) Étudier le comportement sémantique et syntaxique des verbes simples persans par rapport aux prédicats complexes dans les événements spatiaux respectant la typologie de Talmy sur cadrage verbal ou cadrage satellitaire ; et 2) Analyser la systématicité sémantique dans la formation des prédicats complexes basée sur une approche constructionnelle et expliquer leurs comportements exacts, à savoir leur productivité, la causalité, leur durée, et le comportement syntaxique de leurs pré-verbes en fonction de leurs significations. Dans la première partie de l’analyse, nous parlons du comportement des verbes simples par rapport aux prédicats complexes dans les événements spatiaux. Notre analyse est basée sur un vaste corpus. Les prédicats complexes expriment fréquemment le comportement et d’autres informations sémantiques tandis qu’une fréquence élevée de verbes simples apparaît comme des constructions neutres sans exprimer aucune information spécifique. La distribution syntaxique des prédicats complexes respecte la règle de l’« économie de la langue » étant donné que toutes les informations sémantiques sont aussi encodées dans la construction elles-mêmes. Par ailleurs, les verbes simples exigent, dans la majorité des cas, des clauses dépendantes pour exprimer le comportement. En outre, les prédicats complexes encodent, à la fois, le mouvement et les événements d’emplacement, tandis que les verbes simples sont pour la plupart intransitifs et se réfèrent aux événements locatifs. Les lacunes mentionnées ci-dessus sur des verbes simples ont conduit au remplacement de ces derniers par des prédicats complexes au fil du temps. Dans la deuxième partie de notre analyse, nous traitons les caractéristiques sémantiques de prédicats complexes dans des événements spatiaux à la lumière de la théorie de Grammaire de Construction et des approches fondées sur le corpus. Selon Goldberg, nous considérons des constructions de prédicats complexes à part entière. Kardan, "Faire" ; dādan, 'Donner'; zadan, 'Frapper' ; et bordan, 'Prendre', sont les verbes supports étudiés dans cette thèse. Ces verbes supports sont parmi ceux les plus fréquents ayant le plus de pré-verbes en commun dans notre corpus. Premièrement, nous avons identifié les extensions sémantiques de chaque verbe support. Cette catégorisation nous a permis de révéler un certain degré de productivité sémantique ainsi que la généralisation entre chaque verbes supports et le type de pré-verbes avec lesquels il pourrait co-se produire. Autrement dit, chaque verbe support se combine avec un type spécifique de pré-verbe. Il est à note que même des extensions métaphoriques ont un certain degré de productivité et les locuteurs peuvent ainsi les généraliser. Nous tenons également à noter que les prédicats complexes dans les événements spatiaux font partis de la famille de constructions résultatives. Certains comportements des prédicats complexes, tels que leur causalité et la durée de l’activité, sont expliqués en fonction de leur sémantique, et il est démontré que toute la construction est responsable de tels comportements. La comparaison entre les combinaisons qui ont des verbes supports différents mais des pré-verbes identiques évoque quelques différences sémantiques et syntaxiques, ce qui est la preuve de la systématicité existante dans la formation des prédicats complexes. Grâce à une analyse collostructionnelle, nous parlons du degré d’attraction de chaque verbe support par rapport aux catégories sémantiques. Enfin, le type de fréquences de prédicats complexes révèle le degré de productivité dans chaque verbe support, qui ressemble à: Kardan=Zadan > dādan > bordan.


  • Résumé

    The purpose of this dissertation is twofold : 1) to investigate the semantic and syntactic behavior of Persian simplex verbs vs. CPs in spatial events with respect to Talmy’s typology of satellite-framed and verb-framed languages ; and 2) to analyze the semantic systematicity in the formation of CPs based on a constructional approach and explain their certain behaviors, namely, their productivity, causativity, duration, and syntactic behavior of their PVs through the meaning of the construction.In the first part of the analysis, we discuss the behaviour of simplex verbs vs. CPs in spatial events. Our analysis is based on an extensive corpus. CPs express manner and other semantic information frequently while a high frequency of simplex verbs appears as neutral constructions without expressing any specific information. The syntactic distribution of CPs follow the ‘economy of language’ rule since all the semantic information is encoded in the construction itself; on the other hand, simplex verbs require dependent clauses to express manner in the majority of cases. Furthermore, CPs encode both motion and location events while simplex verbs are mostly intransitive and refer to locative events. The above-mentioned shortcomings of simplex verbs have led to the replacement of these verbs by CPs over time. In the second part of our analysis, we deal with the semantic features of CPs in spatial events in the light of Construction Grammar theory and corpus-based approaches. Following Goldberg we consider CPs constructions in their own right. Kardan, ‘do’ ; dādan, ‘give’; zadan, ‘hit’; and bordan, ‘take’, are the LVs under the study in this thesis. These LVs found to be among the most frequent ones with the most PVs in common in our corpus. Firstly, we identified the semantic extensions of each LV. This categorization reveals a certain degree of semantic productivity and generalization between each LV and the type of PVs with which it can co-occur. In other words, each LV combines with a specific type of PVs. Even metaphorical extensions have a certain degree of productivity and speakers can generalize about them. We also argue that CPs in spatial events are a family of resultative constructions. Certain behaviors of CPs, namely, their causativity, and the duration of the activity, are explained based on their semantics, and it is shown that the whole construction is responsible for such behaviors. The comparison between combinations that have different LVs but identical PVs reveals certain semantic and syntactic differences, which is evidence for the existing systematicity in the formation of CPs. Through a collostructional analysis we discuss the degree of attraction of each LV with respect to the semantic categories.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lille. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.