Holocene human impact, climate and environment in the northern Central Alps : a geochemical approach on mountain peatlands

par Clemens Von Scheffer

Thèse de doctorat en Surfaces Interfaces Continentales Hydrologie

Sous la direction de Gaël Le Roux et de Ingmar Unkel.

Le président du jury était Rainer Duttmann.

Le jury était composé de Gaël Le Roux, Ingmar Unkel, Karin Koinig, Anne-Véronique Walter.

Les rapporteurs étaient Karin Koinig, Anne-Véronique Walter.

  • Titre traduit

    Interactions entre l’Homme, le climat et l'environnement pendant l’Holocène dans les Alpes centrales du nord : une approche géochimique sur les tourbières de montagne


  • Résumé

    Les Alpes européennes ont connu plusieurs phases de colonisation humaine. Cependant, l'interaction entre climat et impacts humains sur l'environnement dans le passé n'est pas encore totalement comprise dans cette région de haute montagne. Il existe notamment un manque de connaissances sur la chronologie et l'ampleur des impacts humains dans les Alpes centrales du nord (ACN) pendant l'Holocène, que cette étude comble en utilisant des analyses géochimiques, de palynologiques et de datation radiocarbone comparées avec des données archéologiques et historiques régionales. Des tourbières dans trois secteurs des ACN ont été choisies comme sites d'étude: Petite Vallée de Walser (PVA, Autriche), Tourbière Piller (TP, Autriche), vallée de Fimba (VF, Suisse). La géochimie de séquences de tourbe est une méthode bien établie pour détecter les apports minéraux, l'érosion ou les activités métallurgiques. L'application de l'analyse par fluorescence des rayons X portable (pXRF) sur les tourbières de montagne reste une approche peu courante, principalement en raison des limitations dues aux limites de détection, aux effets de matrice ou à l'absence de calibration. En étalonnant la pXRF à l'aide de mesures de spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif (ICP-MS), cette étude montre que Ti, Pb, Sr, Zn, K, S, Fe, V, Zr et, dans une certaine mesure Rb, Ca et Mn, peuvent être étalonnés dans la tourbe. À haute altitude, les processus périglaciaires influencent les processus de dépôt dans les tourbières. Vers 8200 et 6300 cal BP, les conditions climatiques sont plus froides et humides. La première utilisation du sol a été enregistrée dans la PVA vers 5500 cal BP, avec de la déforestation, du pastoralisme et des signes d’une métallurgie régionale jusqu’alors non-détectée. Juste avant l'âge du bronze (environ 4300 cal BP), des siècles avant l'essor des régions minières des Alpes de l'Est, la métallurgie autour la TP est donc détectée. L'utilisation des sols par l'homme, probablement la plus forte de la préhistoire, affecte tous les sites d’études à l'âge du bronze (3500-3000 cal BP), comme le montrent l'érosion élevée et la modification significative du paysage - de la forêt aux systèmes agro-pastoraux. Les facteurs d’enrichissements en métaux (Pb EF) sont toutefois masqués par des apports élevés en minéraux. Cette période est suivie d'une phase d'utilisation plus faible des sols jusqu'à l'époque romaine. Un fort Pb EF dans la PVW est cependant enregistré autour de 2700 cal BP et l'impact humain augmente autour de la TP vers 2400 cal BP. L'exploitation minière romaine est indiquée par une augmentation du Pb EF dans toutes les tourbières. Les activités humaines intensives reprennent avec le déclin de la puissance romaine après 250 cal CE dans la PVW, mais sont interrompues par une détérioration du climat après 500 cal CE. Sur les sites situés en altitude plus hauts, l'intensification de l'utilisation des sols n'a pas lieu avant le haut Moyen Âge (1000 cal CE) et s'accompagne d'une augmentation du Pb EF. Alors que le Pb EF continue d'augmenter en raison de l'exploitation minière, de l'industrialisation et des essences plombées jusqu'en 1980, les fluctuations de l'impact humain (défrichements, pâturages, drainage) peuvent être liées à des facteurs climatiques, culturels et démographiques variables. Au cours du siècle dernier, la croissance du tourisme et la construction d'infrastructures ont augmenté l'érosion, mais le changement d'occupation des sols a entraîné une régénération des tourbières étudiées. Les résultats de cette étude ajoutent une nouvelle dimension aux données archéologiques et historiques, en montrant l'étendue plus large de l'utilisation humaine des sols et les liens avec le climat. De plus, des périodes de métallurgie préhistoriques jusque-là inconnues, dans les ACN sont révélées, ce qui encourage la poursuite des recherches interdisciplinaires associant archéologie, paléobotanique et géochimie environnementale.


  • Résumé

    Since the last deglaciation the European Alps have experienced several phases of human colonisation from different directions and societies. However, the interaction of climate, human impact and environment is still not fully understood in this high mountain region. In particular, information on the time and scale of human impact in the northern Central Alps (NCA) during the Holocene is missing. This study fills this gap by using geochemical, pollen and radiocarbon analyses in comparison to regional archaeological and historical data. Mires in three areas of the NCA were selected as study sites: Kleinwalser Valley (Vorarlberg, Austria), Piller Mire (Tyrol, Austria) and upper Fimba Valley (Grisons, Switzerland), situated in an altitudinal range of 1100 to 2400 m a.s.l. These mires were cored and analysed. The use of geochemical proxies (lithogenic elements, trace metals) in peat is a well-established method to detect mineral input, erosion or metallurgical activities. Despite an advantage of a fast sample preparation and measurement, applying portable X-Ray-Fluorescence analysis (pXRF) on mountain mires is an uncommon approach, mainly due to limitations by low count rates, matrix effects or lacking calibrations for organic materials. By calibrating pXRF with measurements of quantitative Inductively Coupled Plasma – Mass Spectrometry (ICP-MS), these issues could be overcome, showing that, Ti, Pb, Sr, Zn, K, S, Fe, V, Zr, and - to some extent - Rb, Ca and Mn, can be successfully calibrated and used as palaeoenvironmental proxies in peat. These proxies allow the following conclusions: At high elevations, periglacial processes influence the deposition processes in the mires. Around 8200 and in the late 7th millennium BP, wetter and colder climate conditions prevail in the region. The earliest land use is recorded in the Kleinwalser Valley around 5500 cal BP, with fire clearings, pastoralism and hints at previously undetected regional metallurgy. Just before the Bronze Age (c. 4300 cal BP), centuries before mining districts in the Eastern Alps boomed, metallurgy around the Piller Mire is detected. The possibly strongest human land use in prehistoric times affects all sites from the Mid to Late Bronze Age (3500-3000 cal BP), as shown by elevated erosion and significant landscape alteration – from forests to agro-pastoral systems. Potential metal enrichments are, however, masked by high mineral inputs. This period is followed by a phase of lower land use, reaching well into the late Roman period (2800 cal BP to 250 cal CE). However, a strong Pb enrichment factor (Pb EF) in the Kleinwalser Valley is recorded around 2700 cal BP. Human impact increases in north-western Tyrol around 2400 cal BP. Periods of mining and metallurgy are indicated by increased Pb EF in all mires during the Roman Empire but also right after its collapse. Intensive human activities rise again with the fading Roman power after 250 cal CE in the Kleinwalser Valley but are interrupted by a climate deterioration after 500 cal CE (Late Antique Little Ice Age). At the sites in higher elevations, land use intensification does not take place before the High Middle Ages and is accompanied by rising Pb EF, indicating mining activities after 1000 cal CE. While Pb EF keeps rising due to mining, industrialisation and leaded fuel until 1980 cal CE, fluctuating human impact (deforestation, pasture management, drainage) can be linked to a varying impact of climatic, cultural and demographic factors. Over the last century, growing tourism and infrastructure construction increase erosion, but land use change leads to a recovery of the studied mires in Kleinwalser Valley and Tyrol. The results of this study add a new dimension to archaeological and historical data, by showing the wider extent of human land use and its links to climate. Moreover, previously unknown periods of prehistoric mining or metallurgy in the NCA are revealed, encouraging further interdisciplinary research.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Institut national polytechnique. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.