Gouverner les communs environnementaux : l'Amazonie en Equateur et en Bolivie : conflictualité socio-écologique, échelles de pouvoir et espace global à l'heure de l'Anthropocène

par Pierre-Yves Cadalen

Thèse de doctorat en Science politique. Relations internationales

Sous la direction de Karoline Postel-Vinay et de David Recondo.

Le président du jury était David Garibay.

Le jury était composé de Karoline Postel-Vinay, David Recondo, Amandine Orsini, Fabrice Flipo, Gabriela Torres-Mazuera.

Les rapporteurs étaient Amandine Orsini, Fabrice Flipo.


  • Résumé

    La thèse porte sur les relations de pouvoir autour des communs environnementaux en Bolivie et en Equateur au début de ce siècle. La période étudiée court du début des années 2000 à 2014-2015. Le point nodal du travail consiste à étudier les interactions entre la conflictualité socio-écologique des espaces amazoniens dans ces deux pays avec les projections internationales menées par les gouvernements de Rafael Correa en Equateur, et d’Evo Morales en Bolivie. En effet, la question écologique est devenue centrale dans les récits diplomatiques de ces deux gouvernements, élément crucial de leurs politiques d’influence internationale. Les deux premières parties de la thèse sont consacrées aux modalités de projection internationale des deux diplomaties, et au rattrapage de l’autonomie politique de ces pays périphériques, rattrapage inscrit dans les rapports de pouvoir écologique. Les conclusions tirées de ce rattrapage des dynamiques politiques invitent à penser un cadre général d’analyse des relations de pouvoir écologique, dont la robustesse pourrait être éprouvée par la suite. C’est le cœur de la troisième partie de la thèse. J’y propose le concept d’éco-pouvoir, qui déterminerait, du fait de la réalité structurante de l’anthropocène, des configurations et des dynamiques de pouvoir absolument neuves. Les tensions autour de l’autonomie indigène, la souveraineté nationale de ces Etats périphériques, la justice climatique sont observées à travers ce prisme. L’éco-pouvoir y est défini comme pouvoir polycentrique de vie et de mort sur l’espèce, dont l’instauration et la force d’inertie dépendent foncièrement de l’imposition d’une représentation univoque de l’espace et du temps.

  • Titre traduit

    Governing environmental commons : Amazonia in Ecuador and Bolivia : socioecological conflictuality, power scales and global space at the time of the Anthropocene


  • Résumé

    This work is about power relations around environmental commons in Bolivia and Ecuador at the beginning of our century. The chronological limits are from the early 2000’s to 2014-2015. It consists in studying the interactions between socio-ecological conflictuality of Amazonian spaces in both countries with the international projections led by Rafael Correa’s government in Ecuador, and Evo Morales’ one in Bolivia. Indeed, the ecological issue has become central to the diplomatic narratives of those governments and has become crucial to their international influence strategies. The two first parts of the PhD. are dedicated to the modalities of the international projections, and to the way their acquired political autonomy was caught up. This phenomenon is inscribed in what I call Ecological Power Relations. The conclusions I drew from this phenomenon invite us to think about a general framework of analysis of those relations, whose strength must be tested later on. That is the heart of the third part. I introduce the concept of Eco-power, which would determine, given the structuring reality of the Anthropocene, new power configurations and dynamics. The tensions around the indigenous autonomy, the Peripheral States’ national sovereignty, and climate justice, are observed through this prism. Eco-power is defined as the polycentric power of life and death over the specie, whose instauration and inertia strength depend on the imposition of unique time and space representation.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.