L’Espagne face à son passé : écriture romanesque et stratégies documentaires

par Lucas Merlos

Thèse de doctorat en Études Hispaniques et Hispano-Américaines

Sous la direction de Jean-François Carcelén.

Le président du jury était Christine Pérès.

Le jury était composé de Catherine Orsini-Saillet, Jaume Peris Blanes.

Les rapporteurs étaient Christine Pérès, Amélie Florenchie.


  • Résumé

    Cette thèse vise à définir les contours d’une nouvelle modalité du traitement romanesque du passé apparue dans les lettres espagnoles à l’orée du XXIe siècle : le roman documentaire de la mémoire. Un nombre significatif de récits littéraires réalistes, et parfois factuels, portent sur le passé de l’Espagne contemporaine, généralement dans ses aspects les plus traumatiques – guerre civile, Franquisme, violences lors de la Transition –. Pour accéder à ce passé et le représenter, ils mobilisent le document et des formes documentaires à l’image du document d’archive ou du témoignage. Nous posons comme hypothèse que cette mobilisation et cette mise en scène des sources historiques dans un cadre littéraire revient à construire des récits sur l’origine de l’Espagne actuelle à même de participer à l’élaboration d’un récit mémoriel commun et, dans le même mouvement, à interroger et à revendiquer la place de la littérature dans la constitution des savoirs. Dans cette perspective, les romans documentaires de la mémoire constitueraient le lieu d’une tension entre document et monument, entre connaissance et reconnaissance. Pour mettre à l’épreuve cette double hypothèse identitaire d’une reconfiguration de la mémoire et d’une expansion du champ de la littérature, nous procédons à une analyse des diverses stratégies documentaires à l’œuvre dans quatre romans documentaires de la mémoire représentatifs de la diversité idéologique et esthétique de ce sous-genre narratif (Isaac Rosa, El vano ayer, 2004 ; Benjamín Prado, Mala gente que camina, 2006 ; Javier Cercas, Anatomía de un instante, 2009 ; Andrés Trapiello, Ayer no más, 2012). Nous décrivons et interprétons tout d’abord les modalités documentaires à l’œuvre dans ces récits sous le prisme de la notion d’effet de document. Nous constatons ainsi que les récits mobilisent le document et mobilisent des codes narratifs factuels afin de constituer des documents mémorables. Nous abordons dans un second temps la figure du narrateur-enquêteur, qui, animés par un « mal d’archive », retournent aux sources de l’Espagne actuelle et engagent le lecteur à s’identifier à leurs quêtes et aux récits qu’elles induisent. Enfin, nous montrons dans un troisième temps comment ces textes, par le biais de montages documentaires mais aussi par la reprise partielle ou totale des codes du roman à thèse, s’intègrent sur un mode contre-discursif dans un interdiscours large et interrogent ainsi la place de la littérature et de l’écrivain dans le champ des discours sur le réel.

  • Titre traduit

    Spain and its past : novelistic writing and documentary strategies


  • Résumé

    This thesis aims to outline a new way of dealing with the past that has appeared in Spanish letters at the beginning of the 21st century: the documentary novel of memory. A significant number of realistic, and sometimes factual, literary narratives deal with the past of contemporary Spain, generally in its most traumatic aspects - Civil War, Francoism, violence during the Transition -. To access and represent this past, they mobilize the document and documentary forms such as the archive document or the testimony. We propose the hypothesis that this mobilization and staging of historical sources in a literary context amounts to constructing narratives on the origin of contemporary Spain capable of participating in the elaboration of a common memory narrative and, in the same movement, to question and claim the place of literature in the constitution of knowledge. In this perspective, documentary novels of memory would constitute the place of a tension between document and monument, between knowledge and recognition. To test this double identity hypothesis of a reconfiguration of memory and an expansion of the field of literature, we analyze the various documentary strategies at work in four documentary novels of memory that represent the ideological and aesthetic diversity of this narrative subgenre (Isaac Rosa, El vano ayer, 2004 ; Benjamín Prado, Mala gente que camina, 2006; Javier Cercas, Anatomía de un instante, 2009; Andrés Trapiello, Ayer no más, 2012). We first describe and interpret the documentary modalities at work in these narratives under the prism of the notion of document effect. We see that novels mobilize the document and mobilize factual narrative codes to create memorable documents. We then turn to the figure of the narrator-investigator, who, animated by an “archive fever”, return to the sources of contemporary Spain and engage the reader to identify with their quests and the narratives they induce. Finally, we show in a third step how these texts, through documentary montages and the partial or total reuse of codes from the roman à thèse , are integrated, in a counter-discursive mode, in a broad interdiscourse and thus question the place of literature and the writer in the discursive field on reality.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de Documentation. LLSH Collections numériques.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation. STM. Collections numériques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.