Contribution à l'analyse des contraintes métaboliques chez le skieur alpin

par Valentin Bottollier

Thèse de doctorat en Staps

Sous la direction de Jacques Prioux et de Nicolas Coulmy.

Soutenue le 30-09-2019

à Rennes, École normale supérieure , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé (Rennes) , en partenariat avec Université de Rennes (laboratoire) , École normale supérieure - Rennes (laboratoire) et de Fédération Française de Ski (laboratoire) .

Le jury était composé de Christine Hanon, Vincent Martin.

Les rapporteurs étaient Robin Candau, Nicola Angelo Maffiuletti.


  • Résumé

    Ce travail de thèse avait pour objectif (i) de quantifier les contraintes métaboliques en slalom (SL), en slalom géant (GS) pour des durées d’efforts courtes et longues, représentatives des temps extrêmes de compétitions contemporaines ; (ii) de comparer les demandes métaboliques entre le ski alpin in situ (SL et GS) et différentes motricités (bonds latéraux sur box, slide, course à pied, cyclisme, bonds latéraux sur trampoline). Quelle que soit la durée de GS en compétition, le métabolisme aérobie est prédominant dans la fourniture d’énergie. En revanche, les contributions respectives des métabolismes aérobie et glycolytique à la fourniture d’énergie ne sont pas significativement différentes en SL. Par ailleurs, la course à pied et le cyclisme sont les motricités investiguées les moins spécifiques de SL et GS. En revanche, la motricité des bonds latéraux sur box et celle des bonds latéraux sur trampoline représentent des similarités physiologiques intéressantes par rapport au SL et GS. A fortiori, la motricité du slide est la plus spécifique de SL et GS au regard de la spécificité de ses paramètres physiologiques (part d’implication des métabolismes aérobie et glycolytique, débits énergétiques total, glycolytique et aérobie, valeurs de [La]pic et de Δ[La]). Subséquemment, l’objectif de l’étude n°3 était de déterminer la reproductibilité d’un test physique de 80s utilisant la motricité du slide. Le 80s-slide-test est un test physique spécifique du ski alpin et reproductible. En effet, le nombre total d’appuis, V̇ O2pic, V̇ O2moy et FCmoy sont reproductibles. Ainsi, le 80s-slide-test constitue une alternative pertinente aux tests physiques non spécifiques du ski alpin menés en laboratoire. Enfin, l’objectif de l’étude de cas n°4 était de décrire la stratégie d’allure du skieur alpin au cours d’une manche longue de GS. Le skieur alpin adopterait une stratégie d’allure au cours d’une manche longue de GS en diminuant l’intensité de ski de manière anticipée dès la section 1 (premières 52s) puis durant la section 2 (dernière 29s) lors d’un GS long (81s).

  • Titre traduit

    Contribution to the analysis of metabolic constraints in the competing alpine skier


  • Résumé

    The objective of this thesis was (i) to assess metabolic constraints in slalom (SL) and giant slalom (GS) during short and long effort according to extrem contemporary races duration ; (ii) to clarify motor skills (box bouncing, sliding, running, cycling, trampoline lateral bouncing) energetically specificity to alpine ski racing. Regardless of GS length the aerobic system was the primary energy system involved. Aerobic and glycolytic energy system contribution were not different in SL. Furthermore running and cycling were most unspecific motor skills investigated regarding SL and GS. On the other hand box bouncing and trampoline lateral bouncing presented interesting physiological specificities. Moreover no significant difference in aerobic and glycolytic energy system contribution, total energy output, glycolytic energy output, aerobic energy output, phosphagen energy output, [La]peak, Δ[La] were observed between sliding and both GS and SL. Subsequently the aim of the third study was to determine the test-retest reliability of a 80s test involving sliding motror skills. The 80s-slide-test is a specific and reliable test. Indeed the 80s-slide-test showed large reliability for total push-offs number, V̇ O2peak, V̇ O2moy, FCpeak and FCmoy. Hence 80s-slide-test is a relevant alternative to lab unspecific test for alpine ski racers. Finally the aim of the fourth study was to analyse pacing strategy in long GS. Alpine ski racer may run pacing strategy skiing decreasing intensity during section 1 (first 52s) and during section 2 (last 29s) in long GS (81s).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École normale supérieure de Rennes (Bruz, Ille-et-Vilaine). Bibliothèque.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.