Surveiller et guérir : émergence, professionnalisation et déclin d'une première médecine de l'addiction : (New York, 1861-1920)

par Irène Delcourt

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de François Weil.


  • Résumé

    Alors que les enjeux de la prise en charge médicale de l’addiction sont particulièrement actuels et que l’épidémie d’opioïdes a renouvelé l’intérêt des historiens, des sociologues et des scientifiques pour la longue et houleuse histoire de la toxicomanie aux États-Unis, ce travail a entre autres pour objectif de démontrer que le dernier quart du XIXe siècle et les deux premières décennies du XXe siècle voient l’émergence dans l’Etat de New York d’une première médecine professionnelle de l’addiction, laquelle s’inscrit dans le processus de spécialisation de la médecine américaine de la fin du Gilded Age et de l’ère progressiste. A travers la construction et l’appropriation par un petit groupe d’experts autoproclamés d’un savoir spécialisé, les premiers « addictologues » américains, fondateurs de l’Inebriety Movement, font peu à peu émerger la théorie de « l’addiction-maladie », une pathologie moderne qui fait entrer la dépendance aux opiacés dans la sphère médicale. Ils fondent ainsi une nouvelle spécialité et instaurent progressivement une juridiction professionnelle, un domaine d’expertise et une sphère d’influence concrète qui leur permettent de s’inscrire dans les révolutions sanitaires du tournant du XXe siècle. La criminalisation de la distribution et de la consommation de narcotiques dans les années 1910, cependant, portent un coup d’arrêt au développement de la jeune profession : la figure du "narcomane" disparaît peu à peu, faisant place à celle du « junkie » et transformant les patients dépendants en criminels et en déviants, les soustrayant provisoirement à l'autorité médicale.

  • Titre traduit

    Monitor and cure : emergence, professionalization and decline of a first addiction medicine : (New York, 1861-1920)


  • Résumé

    The medical management of drug addiction in the United States has become, in the first two decades of the 21st century, of particular interest to historians, sociologists and scientists. In the midst of an unprecedented “opioid epidemic”, this research intends to explore mostly unchartered parts of the long and troubled history of the medicalization of narcotic addiction in the U.S., particularly the emergence in turn-of-the-century New-York of a professional medical specialty, known today as addictology. From the early days of the Gilded Age to the end of the Progressive Era, a small group of self-proclaimed experts, founding fathers of the Inebriety Movement, developed the “disease theory of addiction”, reframing an old vice as a modern pathology and briefly allowing the medical profession to appropriate the problem of narcotic drug dependence. These pioneer addictologists established a professional jurisdiction, an area of expertise and a concrete sphere of influence within the State of New York. The early criminalization of the sale and use of narcotics in the 1910s, however, halted the development of the new profession – as the figure of the "narcomaniac" patient progressively disappeared, giving way to that of the "junkie" criminal, medical authority over drug addiction was questioned, challenged and ultimately impounded for several decades.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.