Connexions interculturelles et construction des savoirs à l’époque moderne : l'Europe, l'Asie et l'emergence des savoirs turcologiques aux XVIIe - XVIIIe siècle.

par Despina Magkanari

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Vincent Fourniau et de Maurice Aymard.

Le président du jury était Edhem Eldem.

Le jury était composé de Edhem Eldem, Nicholas Dew, Isabelle Landry-Deron, Pascale Rabault-Feuerhahn.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur l'émergence en Europe, au cours des XVIIe-XVIIIe siècles, d'un domaine d’étude qui prend comme objet le temps et l'espace turcs de l'époque pré-ottomane. Notre propos est de saisir le processus d'autonomisation intellectuelle du domaine de la turcologie, au sein du domaine plus large des études orientales, de décrire la genèse d'un champ d'études, de faire en d'autres termes une archéologie du domaine des études turques ou de l'aire culturelle turque. Notre enquête s'inscrit dans l'étude de l'engagement savant européen sur la connaissance et la compréhension des civilisations orientales : un engagement qu’elle tente d'historiciser, en s'inspirant de l'approche socio-culturelle des savoirs. Il s'agit, d'une part, d'étudier la production de ce savoir en prenant en considération les réalités matérielles et les pratiques concrètes des acteurs, d'interroger le lien entre les trajectoires individuelles des savants, les conditions institutionnelles, matérielles et intellectuelles et l'élaboration de concepts et de connaissances. De l'autre, notre recherche tente de varier les registres temporels et spatiaux d'analyse, et de situer la production de ce savoir dans la rencontre interculturelle de la première globalisation et, tout particulièrement, dans le cadre des circulations « transnationales » qui se produisent à l’intérieur de l'espace eurasiatique, tout en prenant en considération le rôle des dynamiques locales et les phénomènes de réappropriations, de traductions et de reconfigurations. Nous avons ainsi souhaité mettre en lumière la manière dont les traditions historiographiques des peuples asiatiques, investies et reconfigurées par les savants européens, motivés eux-mêmes par leurs propres interrogations et appliquant des méthodes élaborées dans un contexte culturel différent, ont conduit à l'invention de nouvelles formes d'appréhension des réalités spatio-temporelles turques.

  • Titre traduit

    Cross-cultural Connections and Knowledge Production in early modern era : europe, Asia and the emergence of Turkological Knowledge in the 17th and 18th centuries


  • Résumé

    This thesis focuses on the 17th and 18th centuries west European scholars efforts to define and understand the era and space of Turkic peoples, alongside the Eurasia existences before the emergence of the Ottoman Empire. Its purpose is to scrutinize the process of intellectual autonomization of Turkology namely to explore the genesis of Turkology as a distinct field within the larger corpus of Oriental studies; to study the archaeology of the field; to unveil the process of the early modern European scholarly engagement with Eastern civilizations; and ultimately historicize the Orientalist production. Based upon socio-cultural approaches regarding knowledge production, this thesis aims to study primarily the material realities, alongside the practices of the actors. Special emphasis is thus attributed on the interplay among individual trajectories, institutional, material and intellectual conditions, and scholarly production. Of no less importance, this thesis seeks to place the production of this knowledge within the intercultural encounter of the first globalization, revealing the key role of the “transnational” circulations and exchanges that took place within the Eurasian space. In other words, this thesis raises questions related to the impact of the intellectual globalization, without losing sight of the local dynamics and individual aspirations and intentions, in relation to ways of of re-appropriation and interpretation. Ultimate purpose of this dissertation is thus to make sense of the various ways that the early modern west European scholarship invested on the Asiatic historiographical traditions, to invent yet also reconfigure new forms of apprehension of the past of Turkic peoples.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.