La mort au combat pendant la première guerre mondiale

par Jean-Michel Steg

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau.

Le président du jury était Annette Becker.

Le jury était composé de Annette Becker, John N. Horne, Odile Roynette, Emmanuel Saint-Fuscien, Jay Murray Winter.


  • Résumé

    Les pics de mortalité pour chaque armée alliée durant la Première Guerre Mondiale traduisent l'impact des changements massifs intervenus entre la fin du XIXème et le début du XXème sur tous les éléments du combat moderne. Ils comportent à la fois des données "culturelles" et des données "matérielles", qui se conjuguent pour aboutir au résultat de la bataille. Mais leur ajustement n'est ni automatique ni instantané. En fait les déséquilibres initiaux seront tels que, pour chaque armée, l’« entrée en guerre » sera à chaque fois une expérience extraordinairement meurtrière. Je précise que par entrée en guerre j'entends le moment ou, pour la première fois, un pays engage massivement au feu des troupes mobilisées dans ce but: ce sera août 1914 pour les Français, juillet 1916 pour les Britanniques et Juin 1918 pour les Américains.Ensuite chaque armée, collectivement et individuellement, apprendra plus ou moins rapidement de ses erreurs. Tous ne le feront pas au même rythme. Surtout, la transmission d'expérience d'une armée à l'autre se révèlera extrêmement difficile, voire impossible.

  • Titre traduit

    Death in combat during World War 1


  • Résumé

    For each Allied army, the mortality peaks during World War I testify to the impact of the massive changes occurring in all elements of modern combat at the end of the 19th century, and the beginning of the 20th. Those change have both "cultural" and "physical" elements, which combine to set the outcome of the battle. But these adjustments are neither automatic, nor instantaneous.Actually, the initial imbalances at the onset of the "entry into the war " for each army (August 1914 for the French, July 1916 for the British, June 1918 for the Americans), will be such that they will doom the troops to slaughter.Then, each army, collectively as well as individually, will learn more or less quickly from their mistakes. Not all of them will do so at the same pace. Moreover, the transmission of experience from one Army to another will turn out to be difficult, if not impossible.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.