Accroître les performances des systèmes d'élevages de chevaux de selle par la mixité avec des bovins allaitants en zones herbagères.

par Louise Forteau

Thèse de doctorat en Gestion de l'Environnement

Sous la direction de Bertrand Dumont.

Le président du jury était Laurent Rieutort.

Le jury était composé de Marion Cressent, Stéphane Ingrand.

Les rapporteurs étaient Maryline Boval, Magali Jouven.


  • Résumé

    La diversité d’espèces animales est vue comme un levier permettant de limiter le recours aux intrants au sein des systèmes d’élevage herbagers. Ce travail de thèse est basé sur des enquêtes en élevages spécialisés de chevaux de selle et en élevages mixtes chevaux de selle – bovins allaitants dans deux zones herbagères françaises. Il a pour but de comparer leurs pratiques de valorisation de l’herbe, de gestion du parasitisme gastro-intestinal et leur organisation du travail. Les exploitations mixtes enquêtées sont en moyenne plus grandes que les exploitations spécialisées équines. Dans les piémonts nord du Massif central, les élevages mixtes présentent un chargement global plus élevé et achètent moins de fourrages que les élevages spécialisés. La part de surfaces pâturées alternativement par les bovins, production prioritaire dans cette région, puis par les équins est élevée. En Normandie où les chevaux sont de meilleure valeur génétique, le chargement global est identique entre les deux types de systèmes. Seules les parcelles pâturées alternativement par les équins puis par les bovins (<10% de la surface totale pâturée) sont davantage chargées que les autres modalités de pâturage. Le recours au gyrobroyage y est plus faible, de même que dans les parcelles pâturées simultanément par les deux espèces. Des coproscopies réalisées sur des jeunes chevaux du Massif Central montrent que ceux conduits en pâturage mixte avec des bovins excrètent deux fois moins d’œufs de strongles que ceux conduits en systèmes spécialisés. Le recours aux anthelminthiques pourrait être diminué dans les élevages mixtes grâce à l’effet dilution du parasitisme équin par les bovins, alors qu’à l’heure actuelle, les traitements restent systématiques dans tous les élevages enquêtés. Le travail d’astreinte lié à l’élevage des chevaux de selle est élevé, en particulier parce que la valorisation du jeune cheval est effectuée individuellement. L’atelier bovin allaitant n’a que peu d’effet sur la charge et l’organisation du travail. Le travail n’apparaît donc pas comme un facteur limitant de la mixité entre les deux espèces. Le lien entre l’analyse des pratiques, l’organisation du travail et le bilan économique des exploitations reste à consolider.

  • Titre traduit

    Improve performances of saddle horse breeding systems by mixed grazing with cattle in grassland areas


  • Résumé

    In grassland based livestock systems, diversification of animal species is considered a tool allowing a reduced use of inputs. The present thesis aims at comparing practices of grass management, gastrointestinal parasitism management and work organisation of specialised saddle horse breeding systems and mixed saddle horse - beef cattle farming systems, which have been surveyed across two French pasture areas. The investigated mixed farms are on average larger than specialised equine farms. In the northern foothills of Massif Central, mixed farms have a higher farm stocking rate and buy less forage than specialised farms. There is a high land proportion grazed alternately by cattle (main production in this region) then horses. In Normandy, where horses have a higher genetic value, farm stocking rate is identical in both types of systems. Only the plots grazed alternately by horses then cattle (<10% of the total grazed area) are more heavily used than other grazing combinations. Grinding is less used there, as well as in plots grazed simultaneously by both species. Faecal egg counts carried out on young horses from the Massif Central show that those kept on mixed pasture with cattle excrete half as many strongyle eggs as those kept in specialised systems. This dilution effect of equine parasitism by cattle suggests that limiting the use of chemical drugs in mixed systems is possible, while treatments remain systematic in all surveyed farms. Saddle horse breeding requires a very large amount of routine work, due to the individual valorisation of young horses. Beef cattle breeding has little effect on the workload or its organisation. Work does not seem to be a factor preventing the implementation of mixed grazing. The link between analysis of practices, work organisation and economic performance of farms must be further investigated.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.