L’estime de soi chez les étudiants à l’université : liens avec les comportements de santé et les problèmes de santé mentale et physique

par Julie Arsandaux

Thèse de doctorat en Santé publique Epidémiologie

Sous la direction de Cédric Galéra.

Soutenue le 19-12-2019

à Bordeaux , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Bordeaux population Health (laboratoire) .


  • Résumé

    L’estime de soi est définie par le « sentiment que chacun a de sa propre valeur ». Elle se construit dans l’enfance puis évolue avec l’environnement social et les évènements de vie. Les études universitaires correspondent généralement à la période de jeune adulte et constitue une période développementale particulière en raison des modifications de l’environnement social et des problèmes fréquents de santé mentale et de consommation de substances. C’est aussi une période de vulnérabilité pour l’estime de soi. Les études universitaires pourraient donc représenter une période intéressante pour investiguer les liens spécifiques entre l’estime de soi et la santé. Cette thèse d’université avait pour objectif de mener des études épidémiologiques afin d’estimer les liens entre l’estime de soi et les comportements liés à la santé, la santé physique et la santé mentale chez des étudiants à l’université.Tout d’abord, une revue systématique de la littérature a permis de synthétiser les données empiriques sur les relations entre l’estime de soi et les comportements liés à la santé (i.e. consommation de substances, comportement sexuel, activité physique et nutrition). Une haute estime de soi était associée à une activité physique plus élevée et moins de comportements extrêmes liés à la santé (consommation extrême d’alcool, utilisation de préservatifs). Cependant, des résultats mixtes concernant la consommation d’alcool et nombre de partenaires sexuels et un manque de recherche pour la consommation de tabac, de drogues et la nutrition ont été mis en évidence. Ensuite, deux études ont été menées sur un sous-échantillon de la cohorte i-Share ; une étude française prospective longitudinale suivant près de 15000 volontaires étudiants à l’université depuis 2013. Ainsi, la deuxième étude de cette thèse avait pour objectif d’estimer l’association entre l’estime de soi et la santé perçue par l’étudiant un an après. Sur les 1011 participants inclus dans l’étude, 20% déclaraient avoir une santé moyenne ou mauvaise. Les étudiants avec une estime de soi plus élevée avaient une probabilité plus importante d’avoir une meilleure perception de leur santé (Rapport de côtes=1,4, intervalle de confiance à 95%=1,2 à 1,7). Une troisième étude avait pour objectif d’investiguer le rôle de médiateur de l’estime de soi dans le lien entre les symptômes du TDA/H et les pensées suicidaires. Parmi les 2631 participants inclus dans l’étude, 17% avaient déclaré avoir eu des pensées suicidaires lors du suivi à un an. Les symptômes du TDA/H étaient associés aux pensées suicidaires (béta=0,2, intervalle de confiance à 95%=0,1 à 0,2). L’estime de soi médiait 44% de l’effet total et était impliquée dans 60% de l’effet total quand la dépression était également médiateur.L’estime de soi est un facteur d’intérêt dans le cadre de la santé des jeunes et des recherches interventionnelles pourraient cibler ce facteur psychologique. D’autre part, le concept d’estime de soi étant complexe et la population d’étude étant spécifique, des recherches pourraient être menées afin de confirmer ces résultats avec des échelles de mesure de l’estime de soi différentes (notamment pour capter l’aspect multidimensionnel) et sur des populations représentatives.

  • Titre traduit

    Self-esteem among college students : relations between health-related behaviors, mental and physical health problems


  • Résumé

    Self-esteem is defined by the « feeling of self-appreciation ». It is built in childhood then evolves with the social environment and life events. College years corresponding generally to the period of young adulthood and is a particular developmental period due to changes in the social environment and frequent problems of mental health and substance use. It is also a period of vulnerability for self-esteem. College years could therefore be an interesting period to investigate the specific links between self-esteem and health. The purpose of this thesis was to conduct epidemiological studies to estimate the links between self-esteem and health behaviors, physical and mental health among university students.First, a systematic review of the literature synthesized empirical evidence on the relationships between self-esteem and health-related behaviors (i.e. substance use, sexual behavior, physical activity, and nutrition). High self-esteem was associated with more physical activity and less extreme health-related behaviors (extreme alcohol consumption, use of condoms). However, mixed results regarding alcohol consumption and number of sexual partners and a lack of research for smoking, drug use and nutrition have been highlighted. Next, two studies were conducted on a sub-sample of the i-Share cohort; a prospective French longitudinal study following nearly 15,000 volunteers studying at the university since 2013. Thus, the second study of this thesis aimed at estimating the association between self-esteem and self-rated health one year after. Of the 1,011 participants included in the study, 20% reported having average or poor health. Students with higher self-esteem were more likely to have a better perception of their health (odds ratio = 1.4, 95% confidence interval = 1.2 to 1.7). A third study aimed to investigate the mediating role of self-esteem in the link between ADHD symptoms and suicidal thoughts. Of the 2,631 participants included in the study, 17% reported having suicidal thoughts at one-year follow-up. ADHD symptoms were associated with suicidal thoughts (beta = 0.2, 95% confidence interval = 0.1 to 0.2). Self-esteem mediated 44% of the total effect and was involved in 60% of the total effect when depression was also a mediator.Self-esteem is a factor of interest in youth health and interventional research could target this psychological factor. Furthermore, because the concept of self-esteem is complex and the study population was specific, further researches could be conducted to confirm these results with different measurement tools of self-esteem (especially to reveal multidimensional aspect) and representative populations.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.