Pigments et colorants dans l'art de l'estampe japonaise ukiyo-e (XVIIIe - XIXe siècles) : apports de l'imagerie hyperspectrale et de la spectroscopie infrarouge

par Carole Biron

Thèse de doctorat en Sciences Archéologiques

Sous la direction de Rémy Chapoulie et de Laurent Servant.

Soutenue le 28-11-2019

à Bordeaux 3 , dans le cadre de École doctorale Montaigne-Humanités (Pessac, Gironde) , en partenariat avec Institut de recherche sur les archéomatériaux (France) (laboratoire) .

Le président du jury était Christophe Marquet.

Le jury était composé de Rémy Chapoulie, Laurent Servant, Maria João Melo, Gwénaëlle Le Bourdon, Josefina Pérez Arantegui.

Les rapporteurs étaient Christophe Marquet, Maria João Melo.


  • Résumé

    Les ukiyo-e désignent les estampes produites au Japon entre le XVIIe et le XIXe siècle. Elles sont le reflet des changements sociaux et économiques de la société japonaise pendant la période d’Edo (1615-1868), ère de paix et de prospérité, et adoptent une nouvelle iconographie représentant des scènes de la vie quotidienne et des plaisirs de la vie. Les techniques et les matériaux employés par les artistes évoluent également. Les premières estampes colorées apparaissent au début du XVIIIe siècle et au XIXe siècle, avec l’ouverture économique du Japon, des pigments chimiques importés d’Occident enrichissent la palette chromatique disponible. La collection Torralba (Musée de Saragosse, Espagne) comprend un fonds d’estampes ukiyo-e représentatives du XVIIIe et XIXe siècle. L’accès à ce corpus nous donne l’opportunité d’étudier les matériaux utilisés grâce à des méthodes adaptées, non invasives et sans contact, afin de suivre l’évolution de la technique et/ou des matériaux (locaux ou importés) employés. Un développement méthodologique est impératif afin d’analyser et de caractériser ces matériaux (pigments, colorants, liants, support), notamment les colorants organiques, difficiles à identifier. Les techniques de spectroscopie de réflectance dans l’infrarouge et d’imagerie hyperspectrale sont théoriquement capables de discriminer les matériaux organiques et inorganiques. Cependant les œuvres analysées sont souvent des systèmes complexes et les données obtenues sont la plupart du temps difficiles à interpréter de manière certaine. Il est donc indispensable de mettre en place une stratégie multi analytique afin de croiser les données et d’obtenir un maximum d’informations pour permettre l’identification des matériaux. L’étude de l’évolution des matériaux au cours du temps permet ainsi d’obtenir des informations importantes du point de vue de l’histoire de l’art et des techniques, reflets notamment des évolutions culturelles et sociétales au Japon au cours du XIXe siècle.

  • Titre traduit

    Pigments and dyes used in the Japanese prints ukiyo-e (18th – 19th centuries) : Contribution of hyperspectral imaging and infrared spectroscopy


  • Résumé

    Ukiyo-e means the prints produced in Japan between the 17th and 19th centuries. They reflect the social and economic changes in Japanese society during the Edo period (1615-1868), era of peace and prosperity, and adopt a new iconography depicting scenes of everyday life and the pleasures of life. The techniques and materials used by artists are also changing. The first coloured prints appear in the early 18th century. From the 19th century, with Japan's economic opening, chemical pigments imported from the West enrich the available color palette. The Federico Torralba Collection (Museum of Zaragoza, Spain) includes ukiyo-e prints representative of the 18th and 19th centuries. Access to this corpus gives us the opportunity to study the materials used, through appropriate non-invasive and contactless methods, and to follow the evolution of technologies and/or materials (local or imported) used. A methodological development is imperative to analyse and characterise these materials (pigments, dyes, binders), including organic dyes which are difficult to identify. Reflectance spectroscopy techniques in the infrared (FORS) and Hyperspectral Imaging (HSI) are theoretically capable of distinguishing organic from inorganic materials. However, the analysed works are often complex systems and the data obtained are difficult to interpret with certainty for the most of the time. It is therefore essential to establish a multianalytical strategy to cross the data in order to get maximum information allowing the identification of materials. The study of the evolution of materials over time gives the opportunity to obtain important information in art history and history of technology, reflecting the cultural and societal evolution in 19th century Japan.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.