Représentations et réception des films sur la Seconde Guerre mondiale en France à la Libération (1944-1950) : la concurence des victimes

par Arnaud Cassam-Chenaï

Thèse de doctorat en Arts (Histoire, Théorie, Pratique)

Sous la direction de Geneviève Sellier.

Le président du jury était Joël Augros.

Le jury était composé de Geneviève Sellier, Martin Barnier, Laurent Véray, Gwénaëlle Le Gras, Raphaëlle Moine.

Les rapporteurs étaient Martin Barnier, Laurent Véray.


  • Résumé

    Dès les premiers jours de la Libération, de nombreux films sur la Seconde Guerre mondiale vont être projetés dans les salles de cinéma françaises. Entre la fin de l’année 1944 et 1950, ce sont 302 films qui prennent le conflit comme sujet. Pourtant, ces films qui sortent en France ne sont pas issus des mêmes pays, ne datent pas tout à fait de la même période, et n’abordent pas la guerre de la même façon. Surtout, ces films ne vont pas traiter des mêmes victimes de la guerre. Il y a des différences importantes entre une chronique française de l’Occupation, un film de guerre américain, la vision du retour des prisonniers italiens, une histoire de résistants soviétiques ou le récit de vie de citoyens britanniques. Le public français et la presse de l’époque qui commente ces sorties ne reçoivent pas ces différentes visions de la Seconde Guerre mondiale de la même façon. Étudier ces films et l’accueil qui leur a été réservé au lendemain du conflit permet de mieux comprendre la mise en place d’une mythologie de l’évènement en France. Mon étude analyse en trois parties ces représentations des différentes victimes de la guerre, et leur réception dans l’immédiat après-guerre. La première présente les concepts théoriques de l’histoire au cinéma, et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale telle qu’elle est visible durant la période, en prenant en compte des statistiques générales élaborées pour cette étude. Les deux parties suivantes proposent des études de cas, sélectionnés pour leur représentativité. On se concentre d’abord sur les différents types de victimes combattantes – les militaires à la guerre, les militaires hors du front, les résistants et enfin les espions et assimilés. Ensuite, on étudie les victimes non-combattantes – les civils occupés, les civils libres, les prisonniers et déportés, les prisonniers de retour, les Juifs et victimes de l’antisémitisme et enfin les enfants.

  • Titre traduit

    Cinematographic depictions of WWII victims and public response in the aftermath of the French Liberation (1944-1950) : victim’s competition


  • Résumé

    In the immediate aftermath of the French liberation, theaters across the country began to project movies centered around the recent conflict. Between 1944 and 1950, World War II was the central theme of more than 302 films. However, these films came from different countries; they were not produced at the exact same time; they did not depict the conflict through the same angle; and more importantly, they did not cover the same class of war victims. Wide differences exist between a French chronicle of the Occupation and a U.S. war movie, a depiction of the homecoming of Italian prisoners and the story of soviet resistance or a narration of British citizens’ everyday life during the war. At the time, the response of the French audience and critics to these diverse movie releases varied greatly too. By studying these movies and their reception at the time of their releases, the present study informs our understanding of the emergence of the French mythology surrounding this major conflict. In three chapters, I analyze the cinematographic depictions of various groups of war victims in movies of this era, as well as the audience and critics’ response at the time. In the first chapter, I describe the theoretical underpinnings of the cinema history, as well as the narration of World War II as presented by these movies, using statistics specifically collected for this study. The two following chapters offer a series of representative case studies. I first focus on different groups of victims actively involved in the conflict: militaries on and off the front-lines, members of the resistance, and spies and assimilated individuals. I then study the non-fighting victims: civilians under the occupation, civilians living in the free zone, homecoming prisoners, members of the Jewish community and other victims of antisemitism, and finally, the children.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.