Le passage à l'ère post-westphalienne : les politiques européennes et impériales de la France pendant la IVe République (1944-1958)

par Maryliz Racine

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Philippe Mioche et de Talbot C. Imlay.

Le président du jury était Jonathan Paquin.

Le jury était composé de Talbot C. Imlay, Mauve Carbonell.

Les rapporteurs étaient Gérard Bossuat, Laurent Warlouzet.


  • Résumé

    Après 1945, les hommes politiques français ont raffermi l’emprise de la France sur leurs territoires d’outre-mer par la création de l’Union française et ont donné un second souffle à la constitution d’un État-Empire. Cette nouvelle identité a des effets tangibles sur la manière d’appréhender la place de la France dans le monde. Ces mêmes convictions ont conduit les décideurs à envisager une autre issue à cette relation que celle de l’indépendance totale. Or, cette thèse analyse la manière dont la souveraineté était comprise par les dirigeants français pendant la construction européenne et lors du remodelage de leurs liens avec les anciennes colonies. Sans nier la portée de la souveraineté dans le cadre de l’existence d’un État, elle fut appelée à être modifiée ; ses éléments constitutifs furent repensés au profit d’une forme étatique supranationale. Ce nouveau modèle a été conçu comme une alternative proposée aux colonies africaines. Le gouvernement les poussait à dépasser le stade du nationalisme pour adhérer à un modèle étatique jugé supérieur : un stade post-westphalien dans lequel leurs revendications indépendantistes seraient caduques.

  • Titre traduit

    Towards a post-Westphalian era : European and imperial policies during the French Fourth Republic (1944-1958)


  • Résumé

    After the Second World War, France witnessed major changes in policymakers’ vision of the country’s future and of French interests and aims. French decision-makers thus sought to strengthen links between the French metropole and its colonies in order to reassess its imperial identity, which was founded on republican principles. This new identity had a significant influence on how interests within the international system and particularly in Europe were pursued. Pro-European projects were therefore analyzed through the lens of an Imperial Power. Accordingly, this thesis argues that French leaders questioned the international relations framework based on the nation-state as the central entity of the international system. French officials and policy-makers promoted a federal Eurafrican project to avoid the process of decolonization and create a political structure that would defuse colonial issues. The French decision makers pushed the overseas territories to transcend the stage of nationalism to reach an advanced statehood model: a post-Westphalian stage in which their demands for total independence would be obsolete.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.