The Moving Mould, décompositions / recompositions poétiques dans l'oeuvre d'Algernon Charles Swinburne

par Andria Pancrazi

Thèse de doctorat en Langues et littératures étrangères. Langue et cultures des sociétés anglophones

Sous la direction de Jean-Marie Fournier.

Le président du jury était Pascal Aquien.

Le jury était composé de Jean-Marie Fournier, Pascal Aquien, Bénédicte Coste, Sara Thornton, Sébastien Scarpa.

Les rapporteurs étaient Pascal Aquien, Bénédicte Coste.


  • Résumé

    L’oeuvre poétique d’Algernon Charles Swinburne met en place les multiples modalités d’une décomposition qui se manifeste tant thématiquement que prosodiquement dans le corps du texte. Cadavres, corps lépreux, noyés peuplent son univers poétique. Dépassant les clichés et les lieux communs de l’esthétique décadente, Swinburne questionne la possibilité d’une matérialité proliférante, dont le caractère débordant viendrait contaminer la forme poétique elle-même, entamant un curieux cycle autopoïétique qui annonce d’innombrable possibilités de recomposition formelle. Cette thèse se propose de questionner les enjeux de ces pratiques poétiques, afin de comprendre où l’œuvre de Swinburne se situe dans le contexte de la circulation des idées à la fin du dix-neuvième siècle. Pour ce faire, nous explorerons le riche intertexte qui unit le poète à la littérature française, de François Villon à Stéphane Mallarmé, en passant par Clément Marot et Charles Baudelaire. Swinburne, francophone et francophile, apparaît comme une figure méconnue non seulement de la littérature anglaise, mais aussi des lettres françaises.

  • Titre traduit

    « The Moving Mould », poetical decompositions and recompositions in the works of Algernon Charles Swinburne


  • Résumé

    The poetical works of Algernon Charles Swinburne articulate the manyavatars of a decomposition that manifests itself both the matically and prosodically in the text. Corpses, lepers, drowned bodies abound in his poetic universe. Beyond the clichés and common places of decadent aesthetics, Swinburne interrogates the possibility of proliferating materiality, so intense and irresistible that it contaminates the poetic form itself. This dynamics starts a curious autopoietic style that heralds the limitless possibilties of a formal recomposition. This thesis examines the stakes of Swinburne’s poetics, in order to understand where it stands in the context of the circulation of ideas during the end of the nineteenth century. In order to do so, this work will explore the dense intertextuality that connects the poet to French literature, from François Villon to Stéphane Mallarmé, through Clément Marot and Charles Baudelaire. Swinburne, francophone and francophile, appears as a overlooked figure, central both in English and French literatures.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.