L'hallucinatoire et la clinique de l'irreprésentable

par Luca Quagelli

Thèse de doctorat en Psychologie. Recherches en psychanalyse et psychopatologie

Sous la direction de Maurizio Balsamo.

Le président du jury était Alain Vanier.

Le jury était composé de Maurizio Balsamo, Alain Vanier, Gérard Pirlot, Houriya Abdelouahed.

Les rapporteurs étaient Gérard Pirlot, Guy Gimenez.


  • Résumé

    Depuis les origines de la psychanalyse, le problème de l’hallucinatoire est étroitement lié au problème du fonctionnement de l’inconscient. Dans la métapsychologie « première topique », le modèle de la réalisation hallucinatoire de désir explique autant le fonctionnement du nourrisson (hallucination primitive), que celui du rêve et de la névrose de transfert. Dans Construction dans l’analyse, Freud propose toutefois une hypothèse alternative : l’hallucinatoire peut véhiculer la re- présentation, dans la cure, de noyaux irreprésentables de vérité historique. En s’appuyant sur les réflexions de plusieurs auteurs post-freudiens (Winnicott, Green, Roussillon...), l’auteur développe l’héritage freudien en essayant de l’inscrire dans un modèle capable d’intégrer l’intrapsychique et l’intersubjectif. Il avance et discute l’hypothèse de l’existence d’un fond hallucinatoire du psychisme, régi par la compulsion de répétition, qui re-active les toutes premières expériences relationnelles du sujet. Lorsque la rencontre originaire avec l’objet échoue, les traces de ces situations traumatiques s’enkystent dans le psychisme et font retour, de manière hallucinatoire, dans le transfert, à la recherche d’un autre-semblable capable de leur donner une première forme affective. C’est uniquement grâce à un dur travail d’élaboration contre- transférentielle – illustré ici à travers plusieurs cas d’enfants et d’adolescents psychotiques – que l’analyste arrive parfois à accueillir et à transformer ce transfert du négatif, en accompagnant ainsi ses patients sur le chemin ardu qui mène à la symbolisation (primaire) et à la constitution d’une aire transitionnelle où le je(u) peut enfin advenir.

  • Titre traduit

    The hallucinatory and the clinic of the unrepresentable


  • Résumé

    From the birth of psychoanalysis the conceptualization of the hallucinatory is intimately intertwined with that of the unconscious functioning. In the first topic, the model of the hallucinatory realization of desire explains the baby’s mental functioning, i.e., primal hallucination, the functioning of dreams and neurotic patients in the transference. However, Freud suggests an alternative conceptualization in Constructions in Analysis. Through the hallucinatory, unsymbolized nuclei of historical truth may be re-presented in the treatment. Drawing on Winnicott’s, Green's and Roussillon’s contributions, the Author develops the Freudian heritage and suggests a model in which the intrapsychic and intersubjective dimensions are integrated. The Author puts forward and discusses the existence of a hallucinatory background of the psychism, ruled by the repetition compulsion, that re-activates the psychic inscriptions of early relational experiences. When the primal encounter with the object has failed, traces of these traumatic experiences remain inscribed in the psychism and can be hallucinatory re- activated in the transference in the desperate attempt to find a first representation. Drawing on the case material of psychotic children and adolescents, the Author analyses the complex working through of the countertransference in order to contain this transference of the negative to accompany patients in their arduous way towards (primary) symbolization and the construction of a transitional space of playing.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.