L'expérience de la parentalité de mères psychotiques : perspective des mères et des professionnels de santé

par Marion Cognard

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jaqueline Wendland.

Le président du jury était Marc Boily.

Le jury était composé de Jaqueline Wendland, Marc Boily, Arnaud Plagnol, Évelyne Bouteyre, Sarah Bydlowski, Benoît Bayle.

Les rapporteurs étaient Arnaud Plagnol, Évelyne Bouteyre.


  • Résumé

    La parentalité des mères psychotiques est devenue une réalité sociale plus fréquente depuis l'avènement des neuroleptiques et du développement des soins extrahospitaliers, mais elle demeure peu étudiée. La plupart des recherches portent sur les facteurs de risque et les incapacités des mères présentant un trouble psychotique. Afin de mieux comprendre l'expérience de la parentalité des mères psychotiques, nous avons conduit une recherche, alliant des méthodes qualitatives et quantitatives, auprès de 18 mères présentant un diagnostic de trouble psychotique et suivies en service de psychiatrie adultes. Nous avons également interrogé 16 professionnels de santé exerçant en psychiatrie pour connaitre leur point de vue et leurs représentations sur ces parentalités et leur suivi. Nous avons adopté une perspective nouvelle, centrée sur les facteurs de protection et le processus résilient des mères psychotiques. Nous avons souhaité mettre en lumière les facteurs de l'environnement qui peuvent aider ces mères dans leur rôle parental et explorer leurs besoins spécifiques. Les mères psychotiques et les professionnels de santé ont répondu à un entretien semi-directif. Six échelles ont également été soumises aux mères pour apporter des résultats complémentaires à leur témoignage (échelle de conscience du trouble SUMD, de stress parental PSI, de soutien social SSQ6, d'attachement RQ, de conduites parentales PACOTIS et de résilience RSA). Les résultats montrent que malgré des difficultés dans la gestion des symptômes et le quotidien de leurs enfants, ces mères se disent satisfaites de leur rôle parental. Toutefois, le niveau de stress parental rapporté est élevé chez l'ensemble de ces mères. La majorité de ces mères se sentent seules et coincées dans leur rôle, alors même qu'elles bénéficient toutes d'un étayage perçu comme satisfaisant (familial ou professionnel). Au-delà de ces difficultés, la parentalité semble constituer un facteur de protection en soi. En effet, elle favorise la recherche de soutien social, le suivi du traitement médical et le sentiment d'avoir un sens à leur vie. Les résultats montrent, par ailleurs, une corrélation positive forte entre le score de résilience et l'impression d'être un bon parent. D'autre part, le rôle de l'environnement est prépondérant dans ces situations. Pourtant de nombreux jugements négatifs sont ressentis, notamment lors de l'annonce de la grossesse et ils peuvent freiner la demande d'aide. Le témoignage des professionnels montre qu'ils perçoivent tous les difficultés de ces mères, alors que les capacités parentales sont difficiles à identifier. De manière générale, la parentalité de ces mères est peu évoquée par les professionnels de psychiatrie pour adultes, par manque d'intérêts ou de connaissances. Toutefois, comme pour les mères interrogées, les professionnels confirment l'importance que cette problématique soit traitée par les services de psychiatrie. Des accompagnements spécifiques autour de la parentalité ou des dispositifs de formation ont été envisagés. La confrontation des expériences montre aussi des limites liées à l'organisation des services, à des questions éthiques et à des représentations qui rendent complexes la prise en charge de cette problématique. Cette étude suggère l'importance d'une approche écosystémique de ces situations parentales afin de favoriser un processus de résilience chez ces mères et leurs familles. Elle met enfin en lumière la nécessité d'interroger de nouvelles approches centrées sur la personne, plutôt que sur le symptôme, comme l'empowerment ou des programmes de rétablissement, pour que les mères puissent développer tout leur potentiel intérieur.

  • Titre traduit

    The experience of parenting of psychotic mothers : perspective of mothers and healthcare profesionnal


  • Résumé

    The parenting of psychotic mothers has become a social reality more frequent since the advent of neuroleptics and the development of extra-hospital care, but it remains little studied. Most research focuses on the risk factors and disabilities of mothers with psychotic disorders. To better understand the experience of parenting psychotic mothers, we conducted a research, combining qualitative and quantitative methods, with 18 mothers diagnosed with psychotic disorder and followed in adult psychiatry. We also interviewed 16 health professionals practicing in psychiatry to know their point of view and their representations on these parenting and their follow-up. We took a new perspective, focusing on the protective factors and the resilient process of psychotic mothers. We wanted to highlight the environmental factors that can help these mothers in their parenting role and explore their specific needs. Psychotic mothers and health professionals responded to a semi-directive interview. 6 scales were also submitted to the mothers to provide additional results to their testimony (SUMD disorder awareness scale, PSI parental stress scale, SSQ6 social support scale, RQ relationship attachment scale, PACOTIS parenting competence scale and RSA resilience scale). The results show that despite difficulties in managing the symptoms and the daily lives of their children, these mothers say they are satisfied with their parenting role. Nevertheless, the score on the parental stress scale is high among all of these mothers interviewed and the majority of mothers feel lonely and stuck in their role, while they all benefit from a particular support (family or professional). Although these aspects may be a negative aspect of their parenthood, it seems to be a protective factor in itself. Indeed, it promotes the search for social support, the monitoring of medical treatment and the feeling of having meaning in their lives. The results also show a strong positive correlation between the resilience score and the impression of being a good parent. The role of the environment is paramount in these situations. Yet many judgments are felt, especially during the announcement of pregnancy and can slow down the demand for help. The testimony of the professionals shows the representations existing around this question. While all professionals perceive the difficulties of these mothers, parenting skills are difficult to identify. This question seems little mentioned by adult psychiatry professionals for lack of interest or knowledge. However, as for the interviewed mothers, the professionals confirm the importance that this problem be treated by the psychiatric services. Specific accompaniments around parenting or training schemes were considered. The confrontation of the experiments also shows the limits related to the organization of the services and representations which make the handling of this problematic complex. These results therefore suggest the importance of an ecosystem approach to these parenting situations in order to foster a process of resilience for these mothers and families. Finally, they highlight the need to question new approaches that focus on the individual rather than the symptom such as empowerment or recovery programs so that mothers can develop their full inner potential.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.