Des marqueurs aux mouvements discursifs dans des interactions entre jeunes mauriciens plurilingues

par Shimeen-Khan Chady

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Christine Deprez.

Soutenue le 16-11-2018

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales : cultures, individus, sociétés (Paris ; 1994-2019) , en partenariat avec Université Paris Descartes (1970-2019) (établissement de préparation) et de Centre population et développement / CEPED - UMR_D 196 (laboratoire) .


  • Résumé

    Ce travail porte sur la variabilité de quelques marqueurs discursifs (désormais MD) chez des jeunes Mauriciens plurilingues, âgés de 16 à 19 ans. Ayant à leur disposition le créole mauricien et le français, langues proches entre lesquelles les frontières sont floues, ces jeunes présentent souvent des pratiques interlectales qui confirment l'hypothèse d'une décrispation de la diglossie. Les MD, particulièrement saillants dans les phénomènes de contacts de langues, ont été choisis comme entrée pour tenter de trouver une cohérence dans l'hétérogénéité rencontrée. L'objectif est d'analyser ici le rôle de l'alternance de formes a priori « plus françaises » et « plus créoles » de 4 ensembles de MD dans la socialisation de ces jeunes. Le corpus est constitué d'environ 6h de conversations, auto-enregistrées par 9 jeunes, en 2014. Les données sont complétées par des confrontations à des passages sélectionnés servant à recueillir les ressentis des locuteurs sur leurs usages, ainsi que par divers entretiens et observations, réalisés notamment lors d'un terrain exploratoire en 2013. Ne prenant sens qu'en contexte, les MD mettent en évidence les rapports entre les interlocuteurs, entre le locuteur et son discours et indiquent l'articulation entre différentes parties du discours. Ils marquent divers mouvements à travers lesquels les interactants se construisent un espace multidimensionnel fournissant un cadre d'interprétation de leurs usages. Les MD apparaissent alors comme des outils essentiels dans l'interprétation de la construction du sens, à la fois linguistique et social, à l’œuvre dans la dynamique de l'interaction. Leurs alternances renforcent leur rôle en tant qu'indices de contextualisation. Cette thèse se situe ainsi dans une approche sociolinguistique interactionnelle, suivant le courant ethnométhodologique, qui refuse de se baser sur des catégories sociales ou langagières prédéterminées et montre comment la variation sociolinguistique s'élabore à travers la dynamique interactionnelle.

  • Titre traduit

    From discourse markers to discourse movements in interactions between young plurilingual Mauritians


  • Résumé

    This dissertation is about the variability of discourse markers (DM) among young plurilingual Mauritians, aged 16 to 19. In a specific context of two related languages with fuzzy boundaries (French and Mauritian Creole), the interlectal practices of the young speakers confirm the hypothesis of a loosened diglossic situation. The alternation of DM, particularly salient in language contact phenomena, have been chosen in order to find coherence in the heterogeneous situation. The aim is to study the role of the alternation of "more French" and "more Creole" forms of 4 groups of DM in these young Mauritians' socialisation process. The corpus is constituted of 6 hours of conversational interactions, self-recorded by 9 young Mauritians in 2014. The data also contains confrontations to selected parts of the conversations, aiming to collect the speakers' perceptions of their uses, besides interviews and observations gathered in 2013, during an exploratory fieldwork. DM appear to have contextualized meanings, they show relations between speakers, between speakers and speeches and between different parts of discourse. They mark various movements through which the speakers set a multidimensional space that provides a frame of interpretation to their uses. Therefore, the DM emerge as essential tools in the interpretation of the construction of both social and linguistic meanings that occurs in the interactional dynamic. Their alternation adds to their role as contextualization cues. This study adopts an interactional sociolinguistics approach, following an ethnomethodological orientation, which refuses to set on predetermined social or language categories and shows how sociolinguistic variation is elaborated throughout the interactional dynamic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.