A bottom-up process management environment dedicated to process actors

par Mojtaba Hajmoosaei

Thèse de doctorat en Mathématiques appliquées

Sous la direction de Christian Percebois et de Hanh Nhi Tran.

  • Titre traduit

    Un environnement de gestion de processus dédié aux acteurs de processus


  • Résumé

    Les organisations adoptent de plus en plus les environnements de gestion des processus car ils offrent des perspectives prometteuses d'exécution en termes de flexibilité et d'efficacité. Les environnements traditionnels proposent cependant une approche descendante qui nécessite, de la part de concepteurs, l'élaboration d'un modèle avant sa mise en oeuvre par les acteurs qui le déploient tout au long du cycle d'ingénierie. En raison de cette divergence, un différentiel important est souvent constaté entre les modèles de processus et leur mise en oeuvre. De par l'absence de prise directe avec les acteurs de terrain, le niveau opérationnel des environnements de processus est trop faiblement exploité, en particulier en ingénierie des systèmes et des logiciels. Afin de faciliter l'utilisation des environnements de processus, cette thèse présente une approche ascendante mettant les acteurs du processus au coeur de la problématique. L'approche proposée autorise conjointement la modélisation et la mise en oeuvre de leurs activités quotidiennes. Dans cet objectif, notre approche s'appuie sur la description des artéfacts produits et consommés durant l'exécution d'une activité. Cette description permet à chaque acteur du processus de décrire le fragment de processus exprimant les activités dictées par son rôle. Le processus global se décompose ainsi en plusieurs fragments appartenant à différents rôles. Chaque fragment est modélisé indépendamment des autres fragments ; il peut aussi être greffé progressivement au modèle de processus initial. La modélisation des processus devient ainsi moins complexe et plus parcellaire. En outre, un fragment de processus ne modélise que l'aspect structurel des activités d'un rôle sans anticiper sur le comportement des activités ; il est moins prescriptif qu'un ordonnancement des activités de l'acteur. Un moteur de processus basé sur la production et la consommation d'artéfacts a été développé pour promulguer des activités provenant de différents fragments de processus. Ce moteur ne requiert pas de relations prédéfinies d'ordonnancement entre les activités pour les synchroniser, mais déduit leur dépendance à partir de leurs artéfacts échangés. Les dépendances sont représentées et actualisées au sein d'un graphe appelé Process Dependency Graph (PDG) qui reflète à tout instant l'état courant de l'exécution du processus. Cet environnement a été étendu afin de gérer les changements imprévus qui se produisent inévitablement lors de la mise en oeuvre des processus. Ce dispositif permet aux acteurs de signaler des changements émergents, d'analyser les impacts possibles et de notifier les personnes affectées par les modifications. En résumé, notre approche préconise de répartir les tâches d'un processus en plusieurs fragments, modélisés et adoptés séparément par les acteurs du processus. Le moteur de processus, qui s'appuie sur la disponibilité des artéfacts pour synchroniser les activités, permet d'exécuter indépendamment les fragments des processus. Il permet aussi l'exécution d'un processus partiellement défini pour lequel certains fragments seraient manquants. La vision globale de l'état d'avancement des différents acteurs concernés émerge au fur et à mesure de l'exécution des fragments. Cette nouvelle approche vise à intégrer au mieux les acteurs du processus dans le cycle de vie de la gestion des processus, ce qui rend ces systèmes plus attractifs et plus proches de leurs préoccupations.


  • Résumé

    Companies increasingly adopt process management environments, which offer promising perspectives for a more flexible and efficient process execution. Traditional process management environments embodies a top-down approach in which process modeling is performed by process designers and process enacting is performed by process actors. Due to this separation, there is often a gap between process models and their real enactments. As a consequence, the operational level of top down process environments has stayed low, especially in system and software industry, because they are not directly relevant to process actors' needs. In order to facilitate the usage of process environments for process actors, this thesis presents a user-centric and bottom-up approach that enables integration of process actors into process management life cycle by allowing them to perform both the modeling and enacting of their real processes. To this end, first, a bottom-up approach based on the artifact-centric modeling paradigm was proposed to allow each process actor to easily describe the process fragment containing the activities carried out by his role. The global process is thus decomposed into several fragments belonging to different roles. Each fragment can be modeled independently of other fragments and can be added progressively to the process model; therefore the process modeling becomes less complex and more partial. Moreover, a process fragment models only the structural aspect of a role's activities without anticipating the behavior of these activities; therefore the process model is less prescriptive. Second, a data-driven process engine was developed to enact activities coming from different process fragments. Our process engine does not require predefined work-sequence relations among these activities to synchronize them, but deduces such dependencies from their enactment-time exchanged artifacts. We used a graph structure name Process Dependency Graph (PDG) to store enactment-time process information and establish the dependencies among process elements. Third, we extend our process environment in order to handle unforeseen changes occurring during process enactment. This results in a Change-Aware Process Environment that allows process actors reporting emergent changes, analyzing possible impacts and notifying people affected by the changes. In our bottom-up approach, a process is split into several fragments separately modeled and enacted by process actors. Our data-driven process engine, which uses the availability of working artifacts to synchronize activities, enables enacting independently process fragments, and even a partially modeled process where some fragments are missing. The global process progressively emerges only at enactment time from the execution of process fragments. This new approach, with its simpler modeling and more flexible enactment, integrates better process actors into process management life cycle, and hence makes process management systems more attractive and useful for them.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2018 par Université Paul Sabatier [diffusion/distribution] à Toulouse

A bottom-up process management environment dedicated to process actors


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2018 par Université Paul Sabatier [diffusion/distribution] à Toulouse

Informations

  • Sous le titre : A bottom-up process management environment dedicated to process actors
  • Détails : 1 vol. (190 p.)
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.