La cause des chômeurs : organisations militantes et travail ordinaire de mobilisation

par Nicolas Briot

Thèse de doctorat en Sciences politiques

Sous la direction de Jay Rowell et de Vincent Dubois.

Le président du jury était Annie Collovald.

Le jury était composé de Éric Agrikoliansky.

Les rapporteurs étaient Matthieu Hély, Sophie Béroud.


  • Résumé

    La thèse étudie le travail ordinaire de mobilisation des chômeurs dans différentes organisations militantes. Ce faisant, elle interroge les conditions de leur représentation en regard de l’« autonomie relative » de l’espace des organisations de chômeurs. La faible unification sociale de cette catégorie administrative et la pluralité des inscriptions sociales, politiques et professionnelles des groupes engagés dans la cause déterminent des logiques d’engagement fortement différenciées. En reconstituant l’espace des positions et des prises de position au sein de ces organisations, la thèse montre d’une part l’influence qu’exercent certains groupes sociaux et, à travers eux, les logiques spécifiques à d’autres champs sociaux (syndical, du travail social) sur le travail militant. D’autre part, elle invite à repenser l’opposition classique entre producteurs et bénéficiaires de l’action collective en analysant les effets différenciés du chômage sur les carrières militantes.

  • Titre traduit

    The cause of the unemployed : militants organizations and ordinary mobilization work


  • Résumé

    This research investigates the ordinary work of mobilization of the unemployed by several militant organizations. By doing so, it interrogates conditions of their representation in light of the “relative autonomy” of the unemployed organizations space. The faint social unification of this administrative category added with the plurality of social, political, and professional admissions of groups involved in that cause determine highly differentiated commitments strategies. Through the reconstitution of stances and standpoints space within the organizations, this thesis shows on the one hand the influence exerted by certain social groups and, through them, specific logic of other social fields (trade-union, social work) on the militant work. On the other hand it tempts to review the classical opposition between producers and recipients of the collective action by analyzing unemployment’s differentiated effects on militant careers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.