Entre ancrage et mobilité : pour une lecture morphodynamique de l'espace public

par Marie-Christine Welsch

Thèse de doctorat en Architecture

Sous la direction de Cristiana Mazzoni.

Le président du jury était Valérie Lebois.

Le jury était composé de Jin Gan.

Les rapporteurs étaient Yannis Tsiomis, Jian Zhuo.


  • Résumé

    A l’heure de la mondialisation, auteure d’une croissance sans limites de nos métropoles, la mobilité devient fer de lance ou symptôme de notre société. Le regard porté sur elle s’appuie sur les discours et théories qui ont retenu l’attention des chercheurs depuis les années 2000, et interroge les interrelations structurantes entre mobilité et espace public au prisme des phénomènes de métropolisation. L’espace public est ainsi questionné à travers une lecture morphodynamique faisant de la mobilité son nouveau cadre conceptuel. Cette approche fondée sur la primauté du mouvement amène à considérer l’espace à travers la notion de spatialité développée ici selon trois rapports spatiaux – abstrait-concret (« espace-substance »), scalaire-métrique (espace topologique), localisation-mouvement (espace de perception) – qui se déclinent en trois dimensions spatiales : l’espace-lieu, l’espace-liaison, l’espace-étendue. A travers cette proposition de lecture de l’espace émerge une redéfinition dynamique des catégorisations spatiales, jusqu’à présent fondées sur la typomorphologie, à partir d’une approche morphodynamique, c’est-à-dire qui tient compte des rapports entre les forces, les mouvements et les formes. Les modèles de représentation des métropoles sont ainsi requestionnés, au même titre que les dynamiques métropolitaines actuelles. Ce cadre théorique appliqué au concret rejoint l’hypothèse que si de prime abord les ancrages semblent traqués ils restent le socle de la mobilité, qui appliquée à l’espace urbain devient un vecteur de métropolisation au cœur d’un jeu d’organisation spatiale entre le local et le global. Il promeut un retour à la lenteur en réponse au paradoxe des modalités de déplacement dans les métropoles du XXIe siècle et met en évidence le modèle de la ville des courtes distances comme une nouvelle dynamique organisationnel de l’espace métropolitain.

  • Titre traduit

    Anchorage and mobility : a morphodynamic approach


  • Résumé

    Today, mobility is spearhead of our contemporary metropolises. This thesis consists in studying of interrelation between mobility and metropolitan public spaces. The main topic are focus the relation of mobility systems to metropolitan territories and places, through fields of knowledge and action as varied as architecture, engineering, geography, new technologies, and others. This thesis examines the structuring interrelations between mobility and public space in the light of metropolisation phenomena. Public space is questioned through a morphodynamic approach based on the primacy of movement and making mobility its new conceptual framework. That means to consider the notion of spatiality according to three relationships - abstract-concrete ("space-substance"), scalar-metric (topological space), location-movement (space of perception) - witch are declined in three spatial dimensions (little, medium and large) : the space-place, space-connection, extended-space. Through this analysis proposal emerges a dynamic redefinition of spatial categorizations - until now based on typomorphology - from a morphodynamic approach based on the relationships between forces, movements and forms. Consequently, the models of representation of the metropolises and the current metropolitan dynamics are challenged with crossing of spatial and temporal scales. This theorical framework is based on the assumption that if anchors seem tracked, its remain the base of mobility. Mobility becomes a vector for metropolisation in a game of organization between local scale and large scale. This values a return to the pedestrian scale because it seems that to go fast it's necessary to introduce the slowness. From my point of view, this case appears in the short distances city as a new dynamic model of organisation of the metropolitan space through distance control, urban diversity and multipolarity. An architecture of mobility as the fabric of the city, landscape and territory.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.