Les soldats alsaciens-lorrains de la Grande Guerre dans la société française (1918-1939)

par Raphaël Georges

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Jean-Noël Grandhomme et de Claude Muller.

Le président du jury était Antoine Prost.

Le jury était composé de Anne Rasmussen, Maurice Carrez.

Les rapporteurs étaient François Cochet, Julie d' Andurain.


  • Résumé

    Cette thèse considère la place réservée aux soldats alsaciens-lorrains de la Grande Guerre dans la société française d’après-guerre, jusqu’à la fin des années 1930. En effet, en raison de l’histoire de leur province, annexée depuis 1871 à l’Empire allemand, ceux-ci sont appelés à servir dans les rangs de l’armée allemande tout au long du conflit. Or, pour l’essentiel, ils deviennent Français au lendemain de la guerre. Dans ce nouveau cadre national, la qualité d’anciens soldats allemands détermine pour beaucoup leur retour à la vie civile, et plus largement leur insertion sociale. Nous proposons donc d’interroger les implications non seulement concrètes, mais aussi symboliques et mémorielles qui caractérisent ce passé militaire hors norme dans le champ de la société française de l’entre-deux-guerres. Pour cela, nous analysons dans un premier temps le processus de retour et d’accueil des soldats, les modalités d’assistance et d’accompagnement en vue de leur réinsertion sociale, notamment pour les mutilés de guerre, ainsi que les recompositions sociales provoquées par leur expérience de guerre. Dans un second temps, nous tentons d’identifier les représentations véhiculées à leur sujet, afin de comprendre les enjeux mémoriels et sociaux qu’elles comportent et qui déterminent leur place dans la société.

  • Titre traduit

    Alsatian and Lorrainer soldiers of the Great War in postwar French society (1918-1939)


  • Résumé

    This thesis examines the place reserved for Alsatian and Lorrainer soldiers of the Great War in postwar French society, from 1918 until the end of the 1930s. It is indeed because of the history of their province – annexed since 1871 to the German Empire – that they are called to serve as German soldiers throughout the conflict. Yet most of them become French citizens in the aftermath of the war. In this new national setting, it is their status as former German soldiers that largely determines their return to civilian life and, to a greater extent, their social integration. We thus intend to question the practical, symbolic and memory implications of this atypical military past, in the field of French society during the interwar years. To this purpose, we firstly analyze the process of return and reception of the soldiers, the terms and conditions of assistance and support with the aim of their social reintegration – particularly for the disabled veterans – as well as the social reorganizations caused by their war experience. Secondly, we try to identify the representations that were circulated and they were subjected to, so as to understand the memory and social issues at stake that determine their place in society.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.