Molecular interactions between the kelp saccharina latissima and algal endophytes

par Miriam Bernard

Thèse de doctorat en Biologie marine

Sous la direction de Catherine Leblanc et de Akira F. Peters.

Le président du jury était Christophe Destombe.

Le jury était composé de Soizic Prado.

Les rapporteurs étaient Florian Weinberger, Sigrid Neuhauser.

  • Titre traduit

    Interactions moléculaires entre la grande algue brune Saccharina latissima et des endophytes algaux


  • Résumé

    Des algues brunes endophytes envahissent les tissus des laminariales, avec des effets potentiellement négatifs sur leur hôte. Des études moléculaires ont permis d'identifier deux genres, Laminarionema et Laminariocolax, dominant la diversité de ces endophytes. Une étude épidémiologique par qPCR a montré une forte prévalence de l'endophyte Laminarionema elsbetiae chez Saccharina latissima, avec des variations saisonnières et locales. En laboratoire, la présence de L. elsbetiae induit des réponses physiologiques différentes chez S. latissima, son hôte principal, et chez Laminaria digitata, un hôte occasionnel. Une approche transcriptomique a révélé des réponses moléculaires différentes chez les deux hôtes et l'endophyte, en lien avec les mécanismes de reconnaissance et de défense des deux partenaires. Ces spécificités du dialogue moléculaire lors des premières étapes de l'interaction pourraient expliquer la variabilité des profils d'infection observés dans les populations naturelles.


  • Résumé

    Endophytic brown algae invade stipes and fronds of kelps with potential negative effects for their hosts. The molecular diversity of kelp endophytes was investigated and a majority of the isolated endophytes belonged to the genera Laminarionema and Laminariocolax. Using a qPCR approach, a high prevalence of the endophyte Laminarionema elsbetiae was detected in natural Saccharina latissima populations, but with seasonal and geographical variations. Co-cultivation experiments showed different physiological responses of the main host, S. latissima, and an occasional host, Laminaria digitata, to L. elsbetiae. A transcriptomic approach revealed important differences between the molecular responses of the two kelps, related to the recognition of the endophyte and subsequent defence reactions. These specific differences in the molecular cross-talk during the early steps of the interaction could explain the variability of natural infection patterns in kelp species.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.