L’image exposée : la représentation des photographies de l'Agence France-Presse sur les réseaux sociaux numériques

par Maxime Fabre

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Adeline Wrona.

Le président du jury était Valérie Jeanne-Perrier.

Le jury était composé de Sémir Badir, Julia Bonaccorsi, Maria Giulia Dondero, Frédéric Lambert.


  • Résumé

    Le cliché d’une « barquette de frites nappées de chocolat », un « coucher de soleil » aux couleurs saturées près de Puerto Natales au Chili… Cette thèse a pour objectif d’étudier la représentation des photographies exposées par l’Agence France-Presse sur les « réseaux sociaux » – Instagram, Facebook, Twitter et Tumblr en têtes –, à l’aune d’une réflexion sur les transformations et les mutations des pratiques photojournalistiques en régime « numérique ». L’étude se divise en deux axes : une approche sémiotique d’abord, qui permet de comprendre de quelle manière le discours photojournalistique déploie les conditions formelles et médiatiques qui président à la fixation de la croyance, et articulent des normes et des attentes sur le statut de vérité du monde présenté par ces images ; une approche généalogique ensuite, qui étudie les conditions selon lesquelles les photographies de presse sont exposées. En réinterrogeant le concept de banalité, en lui redonnant son sens premier, ce deuxième axe développe une réflexion sur la complexité de la médiation « numérique », entre le pouvoir de réquisition des « industries du passage » d’un côté, et l’adaptation du discours informationnel de l’AFP de l’autre. À partir d’un point de vue nettement interdisciplinaire, la thèse prouve ici qu’il est possible de comprendre la médiation « numérique » comme la corrélation expressive entre l’économie d’un dispositif et le développement de formes de vies iconiques singulières.

  • Titre traduit

    Image on display : the representations of AFP's photographic pictures on digital social networks


  • Résumé

    A picture of « French fries coated with chocolate », a « sunset » picturing saturated colours near Puerto Natales, Chili… This PhD thesis studies the representation of pictures posted on « Social Networks » by the Agence France-Presse – mainly Instagram, Facebook, Twitter and Tumblr – and examines the transformations and mutations of photojournalism through “digitization”. This work is structured around two axes. A semiotics approach allows first to understand how photojournalistic contents play on faith and belief in the media; these contents and pictures play on the norms and expectations linked to the representations of truth. We then studied the representation of press photography through a genealogical approach; interrogating the notion of banalité, this approach underlines the complexity of “digital” mediations. These mediations are caught between the requisitioning power of “industries du passage” and the adaptation of AFP’s informative speech. The interdisciplinary and integrative approach offered in this PhD allows to prove that digital mediations are only understandable as the correlation between an economy of devices and the development of unusual iconic lives.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.