Alternatives pertinentes et mondes possibles entre invariantisme et contextualisme : une perspective sceptique

par Jacopo Benedetti

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Daniel Andler.

Soutenue le 07-12-2018

à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Rationalités contemporaines (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Pascal Engel.

Le jury était composé de Paul Égré, Julien Dutant.


  • Résumé

    Une nouvelle tentative pour faire face au défi sceptique est menée depuis une quarantaine d’années. Cette tentative repose sur une théorie de la connaissance centrée sur la notion d’alternatives pertinentes. La thèse se propose de montrer les faiblesses de cette théorie, même lorsqu’elle s’appuie sur l’appareillage des mondes possibles, et suggère que le scepticisme demeure la meilleure position épistémologique. Dans le premier chapitre on passe en revue une série de difficultés liées au sujet des alternatives pertinentes et l'on essaye d'argumenter en faveur de l'idée qu'il n'y a peut-être pas, finalement, de moyens en quelque sorte objectifs pour établir quelles sont les alternatives pertinentes relativement à une situation quelconque. À partir du deuxième chapitre, il est procédé à une analyse critique des tentatives de certains auteurs qui se sont servis, pour élaborer leurs propres conceptions bien précises, du langage des mondes possibles. Dans le deuxième chapitre, l'on se concentre surtout sur la question du degré de proximité qu'un monde possible donné doit exhiber pour être considéré comme suffisamment proche du monde actuel et l'on essaye de montrer qu'il n’est probablement pas possible de tracer d'une manière non arbitraire une ligne de démarcation entre ces mondes possibles qu’on peut ignorer et ceux qu’on ne peut ignorer dans nos attributions de connaissance. Dans le troisième chapitre, l'on se concentre surtout sur la question des critères qui devraient guider nos évaluations de proximité et l'on essaye de montrer le caractère discutable de n'importe quelle règle visant à établir quels seraient ces critères-là.

  • Titre traduit

    Relevant alternatives and possible worlds between invariantism and contextualism : a skeptical perspective


  • Résumé

    Over the last forty years, a new attempt to answer to the skeptic challenge has been proposed. This attempt is based on a theory of knowledge, which is grounded on the notion of relevant alternative. My dissertation aims to show the problems of such a theory, even when formulated in terms of possible worlds, and suggests that in the end skepticism remains the best epistemological option. In the first chapter, I will offer a discussion of the issue of relevant alternatives, and I will argue in favor of the idea that perhaps there are no objective criteria to establish which are the relevant alternatives with respect to a certain given situation. In the second chapter, I will propose a critical analysis of the attempts of some philosophers to formulate their own proposals in the language of possible worlds. In particular, I will focus on the issue of the proximity degree that a certain possible world must have in order to be considered as sufficiently closed to the real world, and I will try to show that perhaps it is not possible to draw a sharp line of demarcation between those possible worlds that we can ignore and those that we must take into account in our attribution of knowledge. In the third chapter, I will critically discuss the criteria that should guide our evaluations about proximity, and I will show the problematic aspects of any rule aimed to establish which these criteria in effect should be.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.