Contact linguistique et emprunts onomastiques entre grec et lycien : apports à la phonétique et à la morphologie

par Florian Réveilhac

Thèse de doctorat en Études grecques

Sous la direction de Markus Egetmeyer.

Le président du jury était Catherine Dobias.

Le jury était composé de Torsten Meissner, Sophie Minon, Ilya Yakubovich.


  • Résumé

    La Lycie antique, aire de polyglossie située sur la côte sud-occidentale de l’Asie Mineure, fut un lieu de contact entre le lycien et le grec. La langue lycienne, qui appartient au groupe anatolien des langues indo-européennes, est attestée dans deux cents inscriptions environ et sur des monnaies datant du Ve et du IVe siècle avant J.-C. À partir du IIIe siècle, en effet, le grec s’est imposé dans la région, à l’écrit du moins, au détriment de la langue locale. L’onomastique indigène a cependant persisté en Lycie jusqu’aux premiers siècles de notre ère, comme en témoigne le nombre important d’anthroponymes lyciens que l’on trouve dans les inscriptions grecques des époques hellénistique et romaine. Cette thèse étudie donc le contact entre le lycien et le grec à partir des emprunts onomastiques réciproques, avec quatre objectifs principaux. Le premier est de collecter tous les anthroponymes indigènes de Lycie dans les sources lyciennes et grecques, afin d’en offrir un répertoire complet. Nous offrons ensuite une description phonologique et phonétique du lycien à partir des équivalences onomastiques identifiées, en traitant également de problèmes spécifiques comme celui des consonnes géminées. Il s’agit, troisièmement, d’examiner les différentes formations à l’œuvre dans l’anthroponymie lycienne — noms à un radical, à deux radicaux, raccourcis de composés, Satznamen ou encore noms inanalysables — et les lexèmes employés. Nous étudions, enfin, les processus morphologiques de l’emprunt de noms étrangers en lycien, mais aussi et surtout en grec, où plusieurs suffixes sont utilisés.

  • Titre traduit

    Language Contact and Borrowed Names between Greek and Lycian : a Contribution to Phonetics and Morphology


  • Résumé

    Ancient Lycia, a polyglossian area located on the south-western coast of Asia Minor, was a place of contact, especially between Lycian and Greek. The Lycian language, which belongs to the Anatolian group of Indo-European languages, is documented in about two hundred inscriptions and on coins dating from the 5th and 4th centuries B.C. From the 3rd century onwards, Greek became predominant in the region, at least in writing, to the detriment of the local language. However, indigenous names persisted in Lycia until the first centuries A.D., as evidenced by the large number of Lycian personal names found in Greek inscriptions from the Hellenistic and Roman periods. This dissertation therefore studies the contact between Lycian and Greek, drawing on reciprocal name borrowings, with four main objectives. The first one is to collect all the Lycian names from sources in Lycian and in Greek, in order to give a complete repertoire. We then offer a phonological and phonetic description of Lycian, based on the identified name equivalences, while also addressing specific problems such as that of geminated consonants. The third objective is to examine the different formations used in Lycian personal names — one stem names, two stem names, shortened compounds, Satznamen, or unanalysable names — and the lexemes used. Lastly, we study the morphological processes of the borrowing of foreign names in Lycian, but most of all in Greek, where several suffixes are used.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.