Réception de Paul Morand au sein des mouvements modernistes japonais et chinois pendant les années 1920 et 1930

par Choi Kit Yeung

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Mariane Bury.

Soutenue le 02-02-2018

à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF (laboratoire) .

Le président du jury était Didier Alexandre.

Le jury était composé de Emmanuel Lozerand, Sebastian Veg, Muriel Détrie.


  • Résumé

    Quels étaient les modernismes existant en Asie de l’Est pendant les années 1920 et 1930 où la première vague des mouvements modernistes a eu lieu ? À travers les études du transfert littéraire de Paul Morand à partir de la France vers la Chine, en passant par le Japon, on s’interroge sur la façon dont les acteurs du monde littéraire japonais et chinois impliqués dans la réception littéraire de Morand ont pensé le modernisme et la modernité. On compare les réflexions des communautés littéraires des deux pays vis-à-vis du modernisme au sein de cette réception morandienne en trois grandes parties : tout d’abord, les traducteurs principaux japonais et chinois des œuvres morandiennes, Horiguchi Daigaku et Dai Wangshu ; ensuite, les critiques qui ont introduit Morand dans le débat du modernisme des années 1920 et 1930, allant jusqu’à créer un champ littéraire dédié à la réception de Morand. Dans le cas japonais, ce sont Chiba Kameo, la communauté littéraire établie, l’École des sensations nouvelles japonaise et sa revue de cercle L’Époque littéraire. Tandis que dans le cas chinois, ce sont l’École des sensations nouvelles chinoise et sa revue littéraire affilée Trains sans rail ; enfin, les deux écrivains représentatifs des Écoles des sensations nouvelles japonaise et chinoise, Yokomitsu Riichi et Liu Na’ou, dont les styles littéraires ont souvent été comparés avec celui de Morand. Par les analyses de ces trois parties, nous voudrions présenter les configurations particulières du modernisme en Asie de l’Est de l’époque.

  • Titre traduit

    The Reception of Paul Morand in the Japanese and the Chinese Modernism Movements of 1920s’ and 1930s’


  • Résumé

    What were the modernisms of East Asia during the 1920s and the 1930s? By studying the literary journey of Paul Morand from France to China via Japan, we question how the intellectuals of Japanese and Chinese literary world who were involved in this literary reception during the 1920s and the 1930s, considered modernism through French ideas. The Japanese and the Chinese reflections on modernism are compared in three main aspects: first, the translation of Morand’s works done by Horiguchi Daigaku and Dai Wangshu. Second, the criticisms which involved Morand into the debate concerning modernism in this period, created a literary field for the reception of Morand in these two countries. For the Japanese case, the parties that were concerned the most were Chiba Kameo, the established literary community, the Japanese Neo-Perception School and her coterie magazine Age of Literature. Whereas for the Chinese case, the Chinese Neo-Perception School and her affiliated magazine Trains without Railway were the most relevant. Third, two representative writers of the Neo-Perception Schools, Yokomitsu Riichi and Liu Na’ou, whose literary styles were often compared to those of Morand’s. Through the analysis of these three aspects, we seek to show the configurations of modernism in East Asia.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.