L’enfant et la violence dans le roman africain de l’ère postcoloniale

par Anani Guy Adjadji

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation française

Sous la direction de Romuald Fonkoua.

Soutenue le 26-04-2018

à Sorbonne université en cotutelle avec l'Universität Hamburg , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF (laboratoire) .

Le président du jury était Martin Neumann.

Le jury était composé de Silke Segler-Messner, Papa Samba Diop.


  • Résumé

    Que ce soit dans le domaine médiatique, social ou littéraire, la violence, la guerre et la précarité sont des termes qui refont surface dans les différents discours portant sur la situation générale du continent africain. Dans la littérature spécialement, ces expressions dominent les publications issues aussi bien de l’ère coloniale que postcoloniale. Par conséquent, ce travail de thèse a pour objectif principal d’analyser les différents discours axés sur la représentation de la violence postcoloniale dans des œuvres romanesques publiées par des auteurs africains issus de l’Afrique d’expression française. Toutefois, en laissant en marge la figure du dictateur, cette thèse aborde la thématique des enfants, notamment celui des enfants-soldats. Elle analyse les dispositifs narratifs au moyen desquels les auteurs mettent en place un enfant ou un adolescent comme figure principale dans un contexte d’une écriture de violence extrême. C’est dans cette mesure que notre corpus est composé de deux publications d’Ahmadou Kourouma et une d’Emmanuel Dongala soulevant cette thématique de différentes manières. Publiées dans les années 2000 et à travers la mise en exergue du phénomène d’utilisation des enfants à des fins militaires, ces œuvres ont posé les bases d’une nouvelle structure narrative dans l’histoire de la littérature africaine d’expression française. Cette thèse démontre que l’introduction de la voix d’un enfant dans ces textes offre une vue particulière émanant de la classe inférieure de la société sur les violences postcoloniales. En outre cette thèse établit un lien de causalité entre la violence postcoloniale et la violence coloniale.

  • Titre traduit

    The child and violence in the African novel of the postcolonial era


  • Résumé

    Violence, war, poverty and precariousness are typical terms, which are repeatedly present in different discourses about the African continent, be it in the media or in the social sphere. In literature, these expressions also dominate the publications of both the colonial and the post-colonial era. Therefore, this work has the main objective of analysing the portrayal of postcolonial violence in selected works published by African French-speaking authors, but without taking into account the figure of the dictator. It emphasizes the issue of children, most especially child soldiers. Moreover it analyses the narrative methods used by the authors, by means of which a child or teenager becomes the main figure in the context of extreme violence. Two novel publications of Ahmadou Kourouma and one of Emmanuel Dongala form the basis of this dissertation. These are works of two authors who, starting in the year 2000, created new structures in the history of French African literature by their intensive writing about the military use of children. It turned out that in their novels, the voice of a child offers a particular view from the lower class of society on postcolonial violence. In addition, the dissertation establishes a causal relationship between postcolonial and colonial violence.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.