Les conduites d'écoute. Temps, espace et forme dans les musiques acousmatiques

par Nicolas Marty

Thèse de doctorat en Musique et musicologie

Sous la direction de François Madurell.

Soutenue le 15-03-2018

à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Institut de Recherche en Musicologie (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Marc Chouvel.

Le jury était composé de Benoît Aubigny, Myriam Desainte-Catherine, Leigh Landy.


  • Résumé

    En 1989, François Delalande présentait pour la première fois, après dix ans d’élaboration, la notion de « conduites d’écoute » servant à distinguer différentes manières d’écouter une même œuvre. La méthodologie employée limitait les conclusions qui pouvaient en être tirées, mais la perspective proposée ouvrait un nouveau champ de recherches, dans lequel différentes conduites d’écoute pouvaient servir de base à diverses manières, parfois exclusives ou contradictoires, d’analyser une même œuvre. De plus, les expériences préliminaires de Delalande autour d’un extrait de Pierre Henry sont encore aujourd’hui l’une des rares occurrences de recherche sur l’écoute des musiques acousmatiques faisant appel à des auditeurs réels. Avec la reproduction et l’extension des résultats de Delalande, en parallèle de l’intérêt grandissant pour l’écoute au sein de la communauté musicologique ces vingt dernières années, il semblait nécessaire de faire le point sur l’état des recherches concernant les conduites d’écoute afin d’en évaluer la validité opérationnelle et de proposer un cadre théorique solide pour leur étude et leur description. C’est l’objet de ce travail, qui part d’une revue des discours sur l’écoute en musicologie, en psychologie de la musique et en pédagogie de la musique, avant de procéder à un examen critique des méthodologies existantes autour du modèle des conduites d’écoute, pour en arriver à une réévaluation de ce modèle avec des méthodologies plus robustes. Trois analyses esthésiques d’une même œuvre sont alors proposées pour faire émerger les besoins d’approfondissement et les perspectives d’application de ce modèle.

  • Titre traduit

    Listening behaviours. Time, space and form in acousmatic music


  • Résumé

    In 1989, after ten years of research, François Delalande presented for the first time the idea of “listening behaviours,” distinguishing several ways to listen to the same piece of music. The methodology did not allow for many conclusions, but the approach began a new field of research, where diverse listening behaviours could serve as a basis for diverse, exclusive (or even contradictory) analyses of the same work. Furthermore, Delalande’s preliminary research based on an extract from Pierre Henry’s music is still one of the few instances of research about acousmatic music listening that addresses actual listeners. The last twenty years have seen the reproduction and extension of Delalande’s results, as well as a growing interest for listening in musicological circles. For this reason, it seems necessary to review research about listening behaviours to evaluate their operational validity and to propose a robust theoretical framework for their study and description. This is the thesis of this dissertation, beginning with a review of the musicological, psychological and pedagogical discourses about listening, following with a critical study of existing methodologies about listening behaviours frameworks in order to re-evaluate them with more robust methodologies. Three esthesic analyses of the same work are then used to propose a need for further investigation and possible applications of the framework.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.