Codes with locality : constructions and applications to cryptographic protocols

par Julien Lavauzelle

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Françoise Levy-Dit-Vehel.

Le président du jury était Gilles Zémor.

Le jury était composé de Daniel Augot, Camilla Hollanti, Alain Couvreur.

Les rapporteurs étaient Maura B. Paterson, Christophe Ritzenthaler.

  • Titre traduit

    Codes à propriétés locales : constructions et applications à des protocoles cryptographiques


  • Résumé

    Les codes localement corrigibles ont été introduits dans le but d'extraire une partie de l'information contenue dans un mot de code bruité, en effectuant un nombre limité de requêtes à ses symboles, ce nombre étant appelé la localité du code. Ces dernières années ont vu la construction de trois familles de tels codes, dont la localité est sous-linéaire en la taille du message, et le rendement est arbitrairement grand. Ce régime de paramètres est particulièrement intéressant pour des considérations pratiques.Dans cette thèse, nous donnons une rapide revue de littérature des codes localement corrigibles, avant d'en proposer un modèle combinatoire générique, à base de block designs. Nous définissons et étudions ensuite un analogue, dans le cas projectif, des relèvements affine de codes introduits par Guo, Kopparty et Sudan. Nous établissons par ailleurs plusieurs liens entre ces deux familles, pour finir par une analyse précise de la structure monomiale de ces codes dans le cas du relèvement plan.Une deuxième partie de la thèse se focalise sur l'application de ces codes à deux protocoles cryptographiques. D'abord, nous proposons un protocole de récupération confidentielle d'information (private information retrieval, PIR) à partir de codes basés sur des designs transversaux, dont la taille des blocs s'apparente à la localité d'un code localement corrigible. Les protocoles ainsi construits ont l'avantage de n'exiger aucun calcul pour les serveurs, et de présenter une faible redondance de stockage ainsi qu'une complexité de communication modérée. Ensuite, nous donnons une construction générique de preuve de récupérabilité (proof of retrievability, PoR) à base de codes admettant une riche structure d'équations de parité à petit poids. Nous en donnons finalement une analyse de sécurité fine ainsi que plusieurs instanciations fondées sur des codes à propriétés locales.


  • Résumé

    Locally correctable codes (LCCs) were introduced in order to retrieve pieces of information from a noisy codeword, by using a limited number of queries to its symbols, this number being called the locality. Three main families of LCCs reaching sublinear locality and arbitrarily high rate have been built so far. This specific range of parameters is of particular interest concerning practical applications of LCCs.In this thesis, after giving a state of the art for LCCs, we study how they can be built using block designs. We then give an analogue over projective spaces of the family of affine lifted codes introduced by Guo, Kopparty and Sudan. We exhibit several links between both families, and we give a precise analysis of the monomial structure of the code in the case of the lifting of order 2.The second part of the thesis focuses on the application of these codes to two cryptographic protocols. We first build a new private informatin retrieval (PIR) protocol from codes based on transversal designs, whose block size defines the locality of the code. Our construction features no computation on the server side, low storage overhead and moderate communication complexity. Then, we propose a new generic construction of proof-of-retrievability (PoR) that uses codes equipped with an elaborate structure of low-weight parity-check equations. We give a rigorous analysis of the security of our scheme, and we finally propose practical instantiations based on codes with locality.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École polytechnique. Bibliothèque Centrale.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.