TCA-MG : Prise en charge des patients atteints de troubles des conduites alimentaires par les médecins généralistes français

par Jean-Sébastien Cadwallader

Thèse de doctorat en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Bruno Falissard.


  • Résumé

    Contexte : Les personnes atteintes de troubles des conduites alimentaires (TCA) auraient un meilleur pronostic s’ils étaient pris en charge précocement pour cette maladie. Le médecin généraliste (MG) est souvent cité dans les recommandations internationales comme un acteur principal de dépistage et de prise en charge précoce des patients atteints de TCA. Les études de prévalence effectuées dans un contexte de soins primaires (SP) ne retrouvent pourtant que peu de patients atteints de TCA, voire aucun. Aucune étude de prévalence en MG en France n’a encore été effectuée. La dépression est souvent étudiée comme une comorbidité fréquente des TCA.Objectif : Etudier la place du MG dans la prise en charge des patients atteints de TCA1)Evaluer l’efficacité d’un dépistage systématique des patients atteints de TCA par des MG sur leur pronostic et leur taux de guérison.2)Décrire les caractéristiques des patients atteints de TCA et suivi en MG et d’étudier la temporalité entre la survenue d’une prise en charge pour dépression et prise en charge pour TCA3)Décrire les perceptions des MG et des patients de la place du MG dans la prise en charge de ces patientsMéthodes1)Revue systématique de la littérature selon les critères PRISMA2)Etude de cohorte à partir de la prise en charge en médecine générale de patients atteints de TCA avec analyse de différents groupes de suivi comparant les patients TCA pris en charge pour dépression et ceux non pris en charge pour dépression.3)Etude qualitative en miroir de patients atteints de TCA et de MG sélectionnés dans la cohorte disponible des MG, avec analyse par théorisation ancrée et phénoménologique en miroir, avec double codage d’entretiens semi directifsRésultats : La revue systématique de la littérature n’a pas permis de conclure à l’efficacité d’un dépistage systématique des TCA par les MG, du fait d’une littérature hétérogène, composée en grande majorité d’articles d’opinion dans un contexte de SP.1310 patients (sur 350 000 patients suivis) ont eu au moins une prise en charge pour TCA par des MG de l’OMG entre 1994 et 2007. 80 % étaient des femmes, âgées de 35,19 ans en moyenne. Seuls 39 % avaient une amorce de suivi pour TCA. 67,1 % avaient une première prise en charge pour TCA. 32,3 % d’entre eux avaient eu au moins une fois une prise en charge pour dépression, dont 62,41 % pour la première fois. Les patients ayant une dépression étaient plus âgés, plus suivis pour TCA que les autres. Un cinquième des patients TCA ont eu au moins une fois une prescription d’antidépresseurs dans leur suivi, un peu moins de la moitié des anxiolytiques. La prise en charge pour DEP ne précédait pas la prise en charge du TCA.Dans l’étude qualitative, les 24 MG et les 8 patientes décrivaient la prise en charge comme difficile et longue. L’enjeu d’une bonne prise en charge dépendait d’une relation de confiance des deux acteurs, d’un côté une patiente prête à se livrer en dépassant le déni et le sentiment de honte, de l’autre côté, un médecin prêt à écouter, en dépassant son sentiment d’impuissance.Discussion : Il s’agit de la première étude en France s’intéressant à la prise en charge des patients en SP, utilisant des méthodes complémentaires. Les enjeux de prise en charge des TCA en SP restent à définir. La dépression et les TCA étaient concomitants et semblent devoir être pris en charge dans une approche globale. Cette approche devra tenir compte de situations retrouvées dans les deux syndromes : la mauvaise estime de soi, une image négative de son corps, des antécédents de maltraitance, des antécédents familiaux psychiatriques de dépression ou de TCA au premier degré.

  • Titre traduit

    ED-GP : Management of Patients with Eating Disorders by French General Practitioners


  • Résumé

    Background : People suffering from eating disorders (ED) may have a better prognosis if they benefit from early management for their disease. GPs are often quoted in international guidelines as the main actors of screening and early management of ED patients. Prevalence studies in a primary care setting however find few ED patients and sometimes none. No study in GP has been done in France. Depressive disorders are often related as a comorbidity of ED. Aim: to study the GP role of ED patients management. 1) To evaluate the efficacy of systematic screening of ED patients conducted by GPs on prognosis and recovery. 2) To describe the characteristics of ED patients followed by their GPs and study the temporality between depression management and ED management. 3) To describe GPs and patients' views of the role of GPs management of ED patients. Methods 1)Systematic review according to PRISMA statement 2)Cohort study in a French GP setting of ED patients with analysis of different follow up groups comparing ED patients with depression to ED patients without depression. 3)Qualitative study of ED patients comparing GPs and patients' views selected in the cohort study, with a grounded theory approach and a phenomenological approach, double coding of semi directive interviews. Results : the systematic review found no evidence of efficacy of systematic screening of ED patients by GPs. The literature is too heterogeneous and contains mainly opinion papers in primary care. 1310 patients (out of 350,000) had at least one consultation for ED by GPs in the French database between 1994 and 2007. 80 % were women, mean age of 35.19 years. Only 39 % benefited from a follow up for ED. 67.1 % were taken in charge for the first time. 32.3 % of ED patients had at least one consultation for depression, 62.41 % for the first time. ED patients with depression were older, followed longer for ED then the others. One fifth of patients had at least one prescription of antidepressants during their follow up period, half of them had anxiolytics. Depression management did not precede ED management. In the qualitative study, 24 GPs and 8 patients described the management as difficult and long. The key to a good management depended on trust, with a patient willing to talk about her disease; overcoming shame and denial, and a GP ready to listen, overcoming his helplessness feeling.Discussion : it was the first study about this subject in France, using complementary methods. Management points are to be defined in primary care. Depression and ED are cofactors and should be managed in a global approach. This approach will have to take into account signs found in those two syndroms: low self esteem, negative body image, abuse background, pscyhiatric diseases in family (depression and ED) in first degree relatives.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.