Les Français de l'étranger comme catégorie politique

par Marie-Christine Peltier-Charrier

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Marc Abélès.

Soutenue le 13-12-2018

à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales , en partenariat avec Paris, EHESS (établissement de préparation de la thèse) .

Le président du jury était Boris Petric.

Le jury était composé de Boris Petric, Yves Déloye, Jean Garrigues, Emmanuelle Lallement, Sophie Wahnich.


  • Résumé

    La constitution des Français de l’étranger comme catégorie politique est étudiée en décloisonnant les perspectives entre histoire, droit, science politique, et en les confrontant à l’approche anthropologique. Ces Français et leurs élus sont appréhendés sous les angles matériel et idéel. L’étude des institutions au travail, exécutif et législatif, éclaire le rôle des crises, des guerres mondiales à la globalisation. L’horizon territorial national y est relativisé.Pour résoudre les antagonismes entre nationalité et résidence hors du territoire national, ces Français expriment les liens qu’ils ont avec leur pays d’origine, en combinant pratiques locales et transnationales. La projection du système de représentation français hors des frontières, avec des règles spécifiques, fait que les élus, pour remplir la dimension transnationale de leur fonction et leur rôle en France, combinent pratiques réelles et virtuelles. Ils sont porteurs d’innovations institutionnelles, dont les limites sont l’objet même du débat, pour traduire le principe d’égalité de leurs électeurs devant la loi en égalité de droits.Ces Français sont un élément de l’altérité, nécessaire à la construction nationale. La forme du système politique en place, droit de vote et représentation, témoigne de la plasticité institutionnelle et de ses limites pour réduire des contraintes contradictoires. Dans un monde globalisé faire entrer cette nouvelle localité dans la vie sociale et politique permet d’intégrer à la fois le dépassement du territoire et l’autoperpétuation de l’Etat.

  • Titre traduit

    French from abroad as a political category


  • Résumé

    The construction of the French from abroad as a political category is studied by confronting historical, legal and political sciences perspectives with an anthropological approach. The French from abroad and their representatives are examined from ideal and material points of view. The review of the legislative and executive powers demonstrates the preponderant role played by crises, from the two world wars to globalization. Through these crises the conceptual framework of the nation as a territorial entity is put into perspective.To solve the antagonisms between nationality and residence outside of France, they express their connection with their homeland through local and transnational practices. As the French political representation system is projected abroad their elected representatives combine real world and virtual practices to fulfil their transnational mission and their functions in France. They activate institutional innovations to translate the principle of equality before the French law for their constituents into equality in rights. The limits of the proposals are the keystone of the debates.These French are an element of alterity, crucial to the national construction. The shape of the current political system, right to vote and to elect representatives, demonstrates the institutional plasticity, and its limits, in addressing contradictory constraints. In a globalized world, integrating this new locality into social and political life is a way to combine the overtaking of the territory and the auto perpetuation of the State.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-01-2020


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.