Résistance et religion au Guatemala. Le cas des Maya Ixil, 1930-1990

par Reynaldo Miguel De Leon Ceto

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michael Löwy.

Soutenue le 06-11-2018

à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales , en partenariat avec École des hautes études en sciences sociales (Paris) (établissement de préparation de la thèse) .


  • Résumé

    Dans une perspective sociologique et politique, notre étude porte sur l’histoire des Ixil et plus particulièrement sur les périodes emblématiques de la résistance de ce peuple maya au Guatemala en examinant les rapports religieux, sociaux et culturels à l’œuvre, ainsi que les ruptures et les continuités jusqu’à la fin du XXe siècle. La résistance maya est un phénomène récurrent, ponctué de nombreuses rébellions, qui s’inscrit dans la longue durée. Elle est multiforme et se manifeste jusqu’à aujourd’hui à travers la défense du territoire et de la communauté, le maintien des langues, de la mémoire collective et des traditions, et la persistance de la spiritualité maya.La résistance maya s’exprime également dans les rapports du peuple ixil avec les églises catholique et évangéliques, dans les mouvements sociaux (organisations paysannes et indiennes), dans les guérillas et dans les Communautés de Population en Résistance. C’est à cette résistance que les maya (dont les Ixil) doivent leur survie en tant que peuple et la permanence de leur culture jusqu’à nos jours.

  • Titre traduit

    Resistance and religion in Guatemala. The case of the Maya-Ixil, 1930-1990


  • Résumé

    We studied the history of the maya-Ixil people in Guatemala from a political and social science perspective, particularly the emblematic periods of resistance. We examined the underlying religious, social and cultural forces as well as the historical breakpoints and continuities from the Spanish conquest to the end of the 20th century.Mayan resistance is a long-term phenomenon, marked by the recurrent outbursts of rebellions. It is multifaced and manifests itself through the protection of community land, the upkeep of native languages, collective memory and traditions and the persistence of Maya spirituality.Mayan resistance expresses itself in the relationship between the Ixil people and the Catholic or Evangelical churches, social movements (peasant and indigenous organizations), guerilla movements and Communities of People in Resistance.Mayan resistance has allowed the Maya (and Ixil) to survive as a people and perpetuate their culture until today.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : PARIS-PSL eTheses EHESS.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.