Ethnicités en miroir. Constructions sociales croisées de la blanchité et de l'africanité au prisme des mobilités touristiques et migratoires vers le Sénégal

par Hélène Quashie

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Jean-Loup Amselle et de Nancy L. Green.

Soutenue le 17-09-2018

à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales , en partenariat avec Paris, EHESS (établissement de préparation de la thèse) .

Le président du jury était Mahamet Timera.

Le jury était composé de Mahamet Timera, Saskia Cousin, Anne Doquet, Éric Fassin.


  • Résumé

    A partir de six terrains d’étude menés dans plusieurs régions du Sénégal (Petite Côte, Saloum, Saint-Louis, Sénégal oriental et Dakar), cette thèse explore l’articulation différenciée des enjeux de classe et de race dans des contextes de mobilités et de migrations issues d’Europe et d’Amérique du Nord. Les trajectoires, pratiques et modes relationnels enquêtés sont liés au tourisme balnéaire et culturel, à l’entrepreneuriat individuel en situation post-touristique, à des mobilités pour étude, et aux parcours professionnels du volontariat et de l’expatriation. Ces configurations sociales mondialisées, souvent inscrites dans des champs de recherche dissociés, favorisent l’analyse croisée de la construction de deux ethnicités, la blanchité et l’africanité, conçues comme notions emic et etic. Leurs productions socio-identitaires se déploient, se croisent et se répondent, selon des mécanismes récurrents de hiérarchisation de classes et de confrontation raciale à l’échelle des interactions individuelles et des dynamiques collectives. Elles font aussi écho à des logiques de stratification et de sélection sociale, intrinsèques à la société sénégalaise, qui vont au-delà du marqueur chromatique et se combinent à des représentations culturalistes et ethniques. Les échelles socio-historiques, les asymétries de classe transnationales, les identifications religieuses, phénotypiques et genrées, présents dans les contextes de mobilités et migrations étudiés, soulignent la valeur heuristique des catégorisations identitaires de la blanchité dans les processus de classification sociale, racialisée et ethnicisée, au regard des définitions plurielles de l’africanité. Analyser ces mécanismes d’assignation et de distinction dans une société africaine telle que le Sénégal permet également de penser la question postcoloniale au cœur des ambivalences du champ social et invite à interroger la positionnalité des chercheur.e.s dans la pratique ethnographique et la production des savoirs sur l’Afrique.

  • Titre traduit

    Mirror ethnicity. Social constructions of whiteness and africaness through tourist mobility and migrations to Senegal


  • Résumé

    Based on six fieldworks conducted in several regions of Senegal (Petite Côte, Saloum, Saint-Louis, Oriental Senegal and Dakar), this thesis explores the social mechanisms which articulate class and race issues in different contexts of mobility and migration from Europe and North America. The trajectories, practices and ways of socializing investigated are related to seaside and cultural tourism, individual entrepreneurship in post-tourist contexts, study abroad programs and professional flows of voluntary service and expatriation. These social and globalized settings, often addressed in distinct fields of research, underlie a cross analysis of the constructions of two ethnicity – whiteness and africaness – considered as emic and etic notions. The social identities they produce respond to one another and reveal recurring patterns in social hierarchy and racial confrontation throughout individual interactions and collective dynamics. They also echo logics of social stratification and selection within the Senegalese society, which are combined with culturalist and ethnic representations, beyond color markers. The contexts of mobility and migration investigated are embedded into specific socio-historical backgrounds, transnational asymmetry of class and process of identification based on religion, phenotype and gender. They all reflect the heuristic value of whiteness and its production of identity in social, racialized and ethnicized categorization, regarding multiple meanings of africaness. Analyzing these mechanisms of social distinction in an African society such as Senegal leads to face postcolonial thinking with the ambiguities of social spheres. It also questions the positionality of researchers through ethnography and in the production of knowledge about Africa.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : PARIS-PSL eTheses EHESS.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.