L’insertion des coopératives issues de l’agriculture familiale dans une global value chain : le cas des apiculteurs du Nordeste du Brésil

par Natalia Da Silva Duarté

Thèse de doctorat en Sciences de Gestion

Sous la direction de Jacques Jaussaud et de Gilles Paché.

Le jury était composé de Gilles Paché.


  • Résumé

    Notre thèse traite des compétences nécessaires à acquérir afin que les agricultures familiales puissent être incluses durablement dans une Global Value Chain. Nous y développons une grille de lecture de ces compétences, afin de rendre les coopératives capables de gérer leur Supply Chain Management. L’approche par compétences consiste en un apprentissage plus concret, plus actif et plus durable. Il met donc l’accent sur la capacité d’utiliser concrètement ce qui a été appris dans des tâches et situations nouvelles et complexes.Les difficultés des petits agriculteurs remontent à longtemps. Plusieurs études sont été développés pour résoudre leurs principaux problèmes. Ceux-ci comprennent la production à petite échelle, l’obtention du marché pour ces produits, la gestion de leur petite 'entreprise', l’acquisition d’un rendement financier. Le but de notre thèse n’est pas de transformer les petits agriculteurs aux grandes, cette erreur a déjà été commise précédemment par diverses politiques publiques dans les pays en développement. Notre objectif est proposer une voie dans laquelle ils peuvent, même si petite, assurer leur qualité de vie a partir de la production et de la vente de leurs produits.Cependant, nous savons qu’un petit agriculteur n’est pas en mesure d’entrer individuellement dans le marché mondial. Le marché de la consommation a besoin d’une production continue, en volume et en qualité. Alors, ils ont besoins de développer des actions collectives qui puisse les insérer dans ce supply chain global.Pourquoi parlons-nous de l’introduction des producteurs dans les marchés mondiaux, et non pas son introduction dans les marchés locaux ? Eh bien, notre contexte est basée sur les petits agriculteurs de régions sous-développées, ça implique que, les régions dans lesquelles ils sont incorporés n’on pas la capacité économique d’acheter leurs produits pour assurer le durabilité de leurs affaires, de sorte que le défi est d’insérer les agriculteurs dans les circuits globales.Afin que les agriculteurs peuvent avoir un paiement plus équitable pour leur production, et soit capable de 'voler de ses propres ailes', a partir d’un approche capabilités, ils devraient chercher une forme d'organisation qui permet une production avec caractéristiques et qualité similaire, assurer le processus d'emballage et de transport, en plus avoir un potentiel financier et de gestion pour mener des négociations avec les client et fournisseurs. L’option la plus discutée dans la littérature est la coopérative.A partir d’une étude de cas comparative qualitative nous analysons deux territoires dans la région Nordeste du Brésil, dont l’un réussit (le Piauí) et l’autre échoue (le Ceará). Nous élucidons que c’est entre autres la gestion du SCM, le soutien aux apiculteurs et le contrôle de qualité qui sont à l’origine du succès de la coopérative centrale du Piauí.

  • Titre traduit

    The integration of cooperatives from family farming into a global value chain : The Beekeepers of the Northwest Brazil


  • Résumé

    The difficulties of small farmers go back a long time. Several studies have been developed to solve their main problems. These include small-scale production, obtaining the market for these products, managing their small 'business', acquiring a financial return.The purpose of our thesis is not to transform small farmers to large, this mistake has already been made previously by various public policies in developing countries. Our goal is to provide a way in which they can, even if small, ensuring their quality to improve its product life cycle from production to sale in the market.However, we know that for a small farmer is not easy to enter into the world market individually. The consumer market needs continuous production, in quality and quantity. So, they need to develop collective actions that can insert them into this global supply chain.Why are we talking about the introduction of producers into the world market and not their introduction into local markets? Well, our context is based on small farmers in underdevelopment regions which do Not have the economic capacity to buy their products in the way to ensure the sustainability of their business, so the challenge is; insert farmers into global circuits.In this case, farmers will have a more equitable payment for their production and be able to 'fly on their own', from a capabilities approach, they should look for a form of organization that allows production with characteristics and quality similar, ensuring the packaging and transportation process, in addition to having financial and management potential to conduct negotiations with customers and suppliers. At that moment, we are wondering what is the apropriate legal form “Cooperative” or not.From several case studies we analyze two territories in the Northewest region of Brazil, one (Piauí) and the other (Ceará). We are clear that the management of SCM, support for beekeepers and quality control department are, among others, those that are at the origin of the success of the central cooperative of Piauí.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Pau-SCD-Bib. électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.